MaRS’ Yung Wu : « nous avons des jours, pas des semaines et des mois » pour préserver le secteur de l’innovation

0
117


Lors d’une table ronde virtuelle organisée par la National Angel Capital Organization (NACO) jeudi, le PDG de MaRS, Yung Wu, a parlé de la nécessité pour le gouvernement de mettre en œuvre des mesures qui soutiendront les entreprises technologiques canadiennes en phase de démarrage.

Tout en félicitant le gouvernement fédéral pour sa réaction rapide et la mise en œuvre de mesures d’urgence, Wu a fait valoir que ce n’est « pas le moment d’être poli ». « Je veux être franc », a déclaré le PDG, qui estime qu’il y a « des jours, et non des semaines et des mois » pour préserver le secteur de l’innovation.

Là où le gouvernement a échoué, c’est dans l’opérationnalisation des mesures d’urgence, a déclaré M. Wu.

Là où le gouvernement a échoué, a-t-il dit, c’est dans l' »opérationnalisation » des mesures d’urgence qui ont été créées. Il s’est fait l’écho d’autres organisations et dirigeants qui ont souligné que ces mesures n’ont pas été à la hauteur, en particulier pour les start-ups et la communauté technologique.

En dépit d’une réitération constante, les critères des programmes d’urgence actuels du gouvernement fédéral ont généralement rendu difficile la qualification des jeunes pousses et des entreprises à forte croissance ; ces entreprises ne quantifient souvent pas les baisses en fonction de leurs revenus et ne sont généralement pas éligibles aux prêts bancaires. Le programme de financement relais de la BDC, récemment lancé, bien qu’applaudi par certains, exige actuellement que les entreprises soient financées par le capital-risque afin de recevoir un investissement de contrepartie.

La table ronde de l’OCNA, qui s’est concentrée sur le thème « Soutenir l’écosystème de l’innovation », a particulièrement mis en évidence les entreprises en phase de démarrage et de pré-revenu qui dépendent fortement de l’investissement providentiel plutôt que du capital-risque. De nombreux participants au webinaire, dont le PDG d’Anges Québec Capital, Serge Beauchemin, ont souligné la lutte à laquelle ces entreprises sont particulièrement confrontées pendant cette période.

Les investisseurs providentiels n’ont pas accès aux programmes gouvernementaux, a déclaré Mme Beauchemin, notant que le financement providentiel est actuellement exclu des principaux programmes d’aide comme la subvention salariale et le programme de contrepartie de la BDC.

RELATIVES : #Les PDG de CDNtech signent une lettre ouverte appelant à un plus grand soutien du gouvernement pendant la COVID-19

« En temps normal, c’est déjà un défi » de lever des fonds … « en ces temps de crise, ce défi est pratiquement impossible à relever pour les start-ups », a-t-il ajouté, faisant valoir que de nombreuses sociétés de capital-risque se concentrent sur le soutien de leur portefeuille existant plutôt que sur la poursuite de nouveaux investissements.

Lorsqu’il s’agit d’entreprises en phase de démarrage qui interagissent avec des centres d’innovation comme MaRS, a déclaré M. Wu, elles ne sont pas nécessairement soutenues par des banques et du capital-risque, mais par des investisseurs providentiels.

La recommandation du PDG de MaRS au gouvernement fédéral est d’accorder une acceptation immédiate et générale de la subvention salariale d’urgence canadienne (CEWS) aux entreprises en démarrage qui sont déjà soutenues par des incubateurs, des accélérateurs et des investisseurs providentiels canadiens reconnus.

M. Wu a exhorté le gouvernement à agir, arguant qu’il existe un court délai pour aider à sauver les jeunes pousses au Canada. « Il est impensable pour moi », a-t-il déclaré, « que nous devions peut-être appuyer sur le bouton « redo » de ce secteur en « 60 jours ».

Mélanie Joly, ministre du Développement économique et des Langues officielles, dont le portefeuille comprend également les agences de développement régional (ADR), était présente à la table ronde de l’OCNA. Le ministre a exprimé son intérêt à discuter avec M. Wu de sa recommandation après le webinaire.

D’autres participants, parmi lesquels Anthony Lacavera de Globalive, Jeff White, PDG de la Fondation de l’innovation du Nouveau-Brunswick (FINB), et Judy Fairburn, cofondatrice de l’organisation d’anges The51, ont également été invités à formuler des recommandations sur la meilleure façon de soutenir les jeunes pousses. Les fondateurs, dont Naheed Kurji de Cyclica et Julie Angus de Open Ocean Robotics, ont également participé à la table ronde virtuelle.

« Nos startups sont dans une situation encore plus difficile. »
– Judy Fairburn, co-fondatrice de The51

Les participants ont souligné un certain nombre de problèmes auxquels sont confrontées les jeunes pousses en raison de COVID-19, en mettant l’accent sur les questions d’accès au capital, de rétention des talents, etc. Ils ont proposé un large éventail de recommandations, allant de la mise en œuvre de la déductibilité fiscale pour les investisseurs providentiels à l’amélioration du programme de recherche scientifique et de développement expérimental (RS&DE).

Beaucoup ont demandé un soutien spécifique du gouvernement pour les investissements des anges. Ils ont recommandé d’étendre les programmes tels que le jumelage des investissements de BDC Capital pour les entreprises financées par le capital-risque (que la BDC serait en train d’explorer) et de créer une version nationale du crédit d’impôt de 30 % pour les investisseurs de la Colombie-Britannique.

Fairburn, qui a cofondé The51, une plateforme mettant en relation des investisseurs providentiels féminins et des entreprises dirigées par des femmes, a souligné le « rôle essentiel » que jouent les investisseurs providentiels dans des régions comme l’Alberta (des arguments similaires ont été avancés pour des régions comme la Colombie-Britannique et le Saskatchewan, entre autres).

« En particulier, étant donné l’ADN entrepreneurial de l’Occident », les anges et les super-anges sont des investisseurs « de premier ordre », a-t-elle déclaré. “[But] Les anges qui font des chèques sont frappés par le double jeu », la pandémie et l’effondrement du pétrole.

RELATIVES : Le programme de partage du travail mis à jour par le gouvernement fédéral est plus ouvert aux start-ups dans le cadre de COVID-19

« Nos start-ups sont dans une situation encore plus difficile », a-t-elle ajouté, soulignant que beaucoup d’entre elles, en particulier les start-ups qui n’ont pas encore de revenus, ne sont pas éligibles à un certain nombre de programmes gouvernementaux.

M. Beauchemin a fait valoir qu’un fonds de contrepartie « important » pour les investisseurs providentiels permettrait à ces investisseurs d’agir rapidement pour « protéger les entreprises prometteuses ». Il a déclaré que c’est là que l’OCNA doit intervenir pour qualifier les investisseurs afin de permettre au gouvernement d’optimiser les chances de succès.

Sur la base des recommandations formulées par Mme Beauchemin et les autres participants au webinaire, l’OCNA est prêt à créer un « plan d’action pour le capital entrepreneurial » qu’il soumettra au gouvernement fédéral.

L’OCNA organise également ces tables rondes virtuelles sur une base hebdomadaire et invite divers ministres fédéraux à y participer, notamment la ministre des Petites entreprises, Mary Ng, et le ministre de l’Innovation, Navdeep Bains.

Source de l’image Le Canadian Club de Toronto via Flickr



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here