L’UE et le Royaume-Uni ouvrent une première enquête antitrust sur Facebook


(Bloomberg)—Facebook Inc. fait face à sa première enquête approfondie par les régulateurs européens, la dernière d’une série d’efforts visant à réprimer la domination des grands marchés technologiques à travers le continent.

La Commission européenne a déclaré qu’elle enquêterait pour savoir si Facebook utilise à mauvais escient une mine de données recueillies auprès des annonceurs pour les concurrencer dans les petites annonces. Il vérifiera également si l’entreprise lie injustement son service de petites annonces Marketplace au réseau social.

Dans le même temps, le Royaume-Uni a déclaré qu’il ouvrait des enquêtes sur les services de marché et de rencontres de Facebook quelques heures après que le chien de garde antitrust allemand a annoncé une affaire ciblant le produit Google News Showcase.

Les cas ouvrent un autre front sur lequel les plus grandes entreprises technologiques du monde peuvent se battre, alors que les régulateurs enquêtent sur leur pouvoir de marché pendant une pandémie lorsque le commerce et la publicité en ligne sont devenus beaucoup plus importants pour les personnes travaillant à domicile. L’Allemagne enquête déjà sur Facebook et Amazon.com Inc. tandis que la France examine les pratiques publicitaires de Google et Apple Inc.

L’ouverture d’une enquête formelle signifie que les régulateurs peuvent commencer à établir des preuves solides des violations des règles antitrust, un processus qui peut conduire à un acte d’accusation ou à une déclaration d’objections, et peut éventuellement aboutir à de lourdes amendes ou à une ordonnance modifiant le mode de fonctionnement d’une entreprise.

La décision de vendredi de l’UE est la première fois qu’elle escalade une affaire dans le comportement de Facebook au-delà des étapes préliminaires. Cela fait suite à d’autres affaires très médiatisées ciblant Google, Apple Inc. et Amazon.com Inc. L’UE a déjà infligé une amende à Facebook pour ne pas avoir fourni d’informations correctes lors de l’examen de la fusion de la prise de contrôle de WhatsApp.

« Facebook collecte de vastes trésors de données sur les activités des utilisateurs de son réseau social et au-delà », a déclaré Margrethe Vestager, chef de la concurrence de l’UE. Les régulateurs de l’UE « examineront en détail si ces données donnent à Facebook un avantage concurrentiel indu, en particulier dans le secteur des petites annonces en ligne, où les gens achètent et vendent des biens tous les jours », a-t-elle déclaré.

Le commerce en ligne a joué un rôle de plus en plus important dans les activités de Facebook pendant la pandémie, car de plus en plus de personnes achètent des biens en ligne.

« Les publicités commerciales continuent de très bien fonctionner et de générer une part significative de notre activité globale », a déclaré le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, lors d’un appel aux résultats en avril. Il a déclaré que plus d’un milliard de personnes visitent désormais Facebook Marketplace chaque mois.

Facebook « continuera de coopérer pleinement avec les enquêtes pour démontrer qu’elles sont sans fondement », a déclaré la société dans un communiqué envoyé par courrier électronique. « Nous développons toujours de nouveaux et meilleurs services pour répondre à l’évolution de la demande des utilisateurs de Facebook.

Le régulateur antitrust du Royaume-Uni a également ouvert sa propre enquête sur les données de Facebook, en examinant à la fois Marketplace et le service de rencontres que la société a lancé en Europe l’année dernière.

L’Autorité de la concurrence et des marchés a déclaré qu’elle prévoyait d’enquêter pour savoir si Facebook a abusé de sa position dominante en collectant des données à partir de services, y compris son option d’authentification unique.

La CMA, de plus en plus axée sur la technologie, mène une enquête indépendante, mais a déclaré qu’elle coopérerait avec l’enquête de l’UE. La CMA a déclaré que son enquête initiale, y compris la collecte d’informations, se déroulerait jusqu’en février.

L’Office fédéral allemand des cartels a déclaré vendredi qu’il examinait le Google News Showcase pour vérifier si ses conditions offraient des « conditions déraisonnables » aux éditeurs. Cette décision est la dernière d’une série d’agressions contre Big Tech par le chef antitrust allemand Andreas Mundt.

L’enquête de l’UE reflète une enquête antérieure sur Amazon en examinant comment une soi-disant plate-forme numérique peut utiliser les données qu’elle collecte auprès d’entreprises qui utilisent son service pour les concurrencer. La commission européenne enquête sur Facebook depuis 2019. Facebook a cherché l’année dernière à limiter l’enquête par des poursuites judiciaires pour limiter les informations que les responsables pourraient récupérer.

Préféré

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

SS8 va acheter des réseaux Bivio

Réseaux SS8, un fournisseur de plates-formes Lawful Intercept et Monitoring Center basé à Milpitas, en Californie, va acquérir les actifs de Bivio Networks, Inc., un