Les trois grandes questions que se posent les startups technologiques canadiennes pendant la crise COVID-19

0
115


L’évolution rapide de la pandémie COVID-19 en une crise mondiale pourrait signaler de gros problèmes pour les entreprises canadiennes. La vie d’une startup est turbulente dans des conditions normales, aussi, lors d’un événement comme COVID-19, nombreux sont ceux qui passent de la croissance à la survie.

L’impact de la pandémie sur les startups étant encore inconnu, BetaKit s’est entretenu avec Sabrina Fitzgerald, leader national du secteur technologique chez PwC Canada, sur les principales questions que lui posent les fondateurs et les startups dans l’écosystème technologique du pays.

Gestion des flux de trésorerie

Selon M. Fitzgerald, la principale question que se posent les startups est celle des centres de gestion des flux de trésorerie. Indépendamment du fait que les entreprises soient actuellement touchées, beaucoup se demandent ce qu’elles devraient faire pour s’assurer qu’elles ont encore de l’argent si la pandémie persiste, a-t-elle dit.

« Vous allez devoir prendre des décisions que vous ne pensiez même pas devoir prendre il y a 30 jours. »

Les entreprises déjà très rentables et celles dont les réserves de trésorerie sont faibles ou les flux de trésorerie instables pourraient être particulièrement vulnérables. Mais même les jeunes pousses qui semblent être en bonne santé financière peuvent également être en danger. M. Fitzgerald a déclaré à BetaKit que les start-ups se demandent si elles devront acquérir des revenus différemment et quels coûts elles devront réduire.

« Comment puis-je pivoter très rapidement ? Dois-je licencier des gens maintenant ? Est-ce que je ne demande pas la subvention salariale ? a déclaré Mme Fitzgerald à propos de certaines des questions de gestion de trésorerie qu’elle avait entendues.

Fitzgerald a noté que de nombreuses start-ups canadiennes ont dû apporter des changements immédiats à leurs opérations, un certain nombre d’entre elles ayant déjà lâché une partie importante de leurs effectifs, tandis que d’autres ont arrêté leurs activités dans certaines juridictions.

Le co-fondateur de Bluecat, Michael Hyatt, qui s’est entretenu la semaine dernière avec le rédacteur en chef de BetaKit, Douglas Soltys, au sujet de la survie d’un événement de Black Swan, a déclaré que la gestion des flux de trésorerie sera une partie importante du plan d’action global COVID-19 d’une entreprise. Il a suggéré que le changement doit commencer par l’adoption d’un nouvel état d’esprit en matière de trésorerie.

Vous devez vous arrêter une seconde et vous mettre dans ce que j’appelle un « partage d’esprit de temps de guerre » dès maintenant et vous éloigner de ce temps de paix, et vous allez devoir prendre des décisions que vous ne pensiez même pas devoir prendre il y a 30 jours », a-t-il dit.

RELATIVES : Black Swan #4 – Michael Hyatt dit que nous sommes tous des entrepreneurs de guerre maintenant

Mme Fitzgerald a déclaré que de nombreuses startups auxquelles elle a parlé cherchent à prévoir différents scénarios, ce qui leur permet de se projeter au-delà des prochaines semaines.

« Mais une grande partie de la phase vraiment précoce [startups] n’ont même pas [cash flow] nécessairement projetée à l’heure actuelle, en fonction de la pandémie. Ils l’ont projetée sur la base de leur dernière augmentation ou de leur dernier lancer », a-t-elle déclaré. « Le truc avec les fondateurs, c’est qu’ils connaissent très bien leur entreprise quand ils font un pitch. Et cela vient d’être renversé ».

En parlant avec BetaKit, Hyatt a souligné l’importance pour les start-ups d’agir le plus tôt possible, et de ne pas attendre que les affaires ralentissent pour commencer à prévoir le pire.

« Vous devez faire les changements maintenant », a déclaré Hyatt. « Si vous pensez qu’il n’y a rien à voir ici, que nous sommes une grande entreprise, que ce trimestre va être incroyable, je vais vous mettre au défi et vous dire quelque chose. Vos clients et tout le monde dehors souffrent.

« Ce que j’essaie d’obtenir [startups] à faire n’est pas de manquer d’argent et de prendre des décisions très difficiles en ce moment, et de ne pas être indécis », a déclaré M. Hyatt. « Agissez ».

Incitations gouvernementales

Une autre question que se posent les startups est de savoir comment elles peuvent profiter des aides et des incitations gouvernementales. Au Canada, les gouvernements provinciaux et fédéral ont mis en place divers programmes pour soutenir les entreprises pendant le ralentissement économique, le plus important étant la subvention salariale de 75 % du gouvernement fédéral.

« Le gouvernement du Québec a d’abord accordé un certain financement, puis le gouvernement fédéral a emboîté le pas et l’Ontario a fait de même, et enfin le gouvernement fédéral [government] est revenu », a déclaré Fitzgerald. C’est presque un rire quotidien de « Ok, comment on pivote maintenant ? »

Lorsque le ministre des Finances Bill Morneau a révélé plus de détails sur la subvention, les entreprises canadiennes ont découvert qu’elles ne seraient admissibles que si elles avaient subi une baisse de 30 % de leurs revenus d’une année sur l’autre en raison de la pandémie.

Les membres de la communauté des affaires du Canada qui ont parlé à BetaKit ont déclaré que cette exigence dans la subvention salariale COVID-19 du gouvernement laissait de nombreuses startups derrière elle. Même pour les jeunes pousses qui pourraient être éligibles, les détails sur la subvention salariale sont arrivés trop tard pour certaines.

RELATIVES : Borrowell licencie 20 % de son personnel, citant les institutions financières qui « se retirent » dans le cadre de COVID-19

Une enquête du Conseil canadien des innovateurs a révélé que 39 000 entreprises canadiennes du secteur des TIC sont admissibles à la subvention salariale actuelle et que 82 % de ces entreprises ont l’intention de licencier des employés dans les prochaines semaines.

« C’est un peu malheureux dans la mesure où nous étions presque dans l’ordre inverse », a déclaré M. Fitzgerald, en référence à la subvention salariale annoncée après que certains licenciements aient eu lieu. « Il aurait été bon d’avoir [the information] peut-être tous en même temps. Mais c’est le monde dans lequel nous vivons en ce moment ».

« Nous devons fonctionner avec des informations qui ne sont pas parfaites », a-t-elle ajouté. « Je dirais que l’industrie technologique, en général, a toujours réalisé cela, mais maintenant plus que jamais nous réalisons que ce qui nous prenait un mois est maintenant une semaine ».

Les opportunités

Selon M. Fitzgerald, malgré la période actuelle d’incertitude pour les jeunes entreprises canadiennes, beaucoup d’entre elles cherchent d’autres opportunités pour mieux répondre aux besoins des clients pendant cette période. De nombreuses entreprises ont fait pivoter leur offre pour fabriquer des équipements destinés aux travailleurs de la santé de première ligne ou pour aider les chercheurs à suivre le virus et à identifier des modèles.

« Les entreprises technologiques avec lesquelles nous avons discuté sont très positives quant à ce que l’avenir leur réserve », a déclaré M. Fitzgerald. « C’est maintenant ou jamais, et je pense que ces entreprises qui ont des idées vraiment cool, qui peuvent pivoter sur ce dont les clients ont besoin maintenant, auront beaucoup de succès ».

Pour ceux qui cherchent à se préparer, PwC a créé un navigateur COVID-19 qui évalue l’impact potentiel sur une entreprise et mesure l’état de préparation de cette dernière. L’entreprise travaille dans des domaines tels que la main-d’œuvre, la gestion et la réponse aux crises, les opérations et la chaîne d’approvisionnement, l’information financière, la fiscalité et le commerce, la planification et l’analyse financières, afin d’aider les clients à faire face à la crise.

Source de l’image Unsplash. Photo Andrew Neel.



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here