Les startups de la DMZ atteignent la barre des 1 milliard de dollars de financement collectif


Onze ans après la fondation de l’incubateur de Toronto, les anciens et les sociétés actuelles du portefeuille de la DMZ à but non lucratif de l’Université Ryerson ont recueilli un financement total de 1 milliard de dollars canadiens.

Le jalon est le produit combiné de 424 investissements levés par 194 startups et anciens élèves de la DMZ depuis 2011. Les dix startups les plus financées de DMZ ont représenté une part importante de cette croissance, puisqu’elles ont collectivement levé plus de 700 millions de dollars. De plus, les cinq premiers, Borrowell, Snapcommerce, Sensibill, Ada Support et Flybits ont collectivement levé plus de la moitié de ce milliard de dollars.

La majeure partie de ce financement provient des cinq dernières années. Rien qu’en 2020, les entreprises de la DMZ ont levé plus de 185 millions de dollars.

L’augmentation qui a finalement poussé l’incubateur au-delà de la barre du milliard de dollars a été le récent cycle de 107 millions de dollars de Snapcommerce, basé à Toronto, le plus important cycle de financement jamais enregistré pour une startup affiliée à la DMZ. Snapcommerce (anciennement Snaptravel) faisait partie de la DMZ en 2016.

Dans une interview avec BetaKit, Abdullah Snobar, directeur exécutif de DMZ, a souligné que ce jalon n’était pas «une émission pour une personne ou une émission pour une entreprise». Au lieu de cela, il a dit que c’était le résultat «d’un collectif de plusieurs».

«Le fait que nos fondateurs soient capables de récolter ce succès et cette récompense est tout simplement phénoménal», a déclaré Snobar. «Pour nous, c’est rassurant quant à ce qui se passe avec le travail que nous livrons depuis quelque temps.»

Snobar a ajouté qu’il affiche également le «niveau de confiance que les différents niveaux d’investisseurs gouvernementaux et d’organisations de soutien aux startups ont eu dans le monde de la technologie».

CONNEXES: DMZ revient sur ses débuts alors que le hub élimine le programme d’accélérateur de joyaux de la couronne

Rien qu’en 2020, les entreprises DMZ ont levé plus de 185 millions de dollars. Depuis le début de l’année dernière, Snobar a déclaré que la DMZ avait vu «des augmentations assez remarquables» de la part de ses startups et de ses anciens. Il a ajouté que la majeure partie du montant total de 1 milliard de dollars provenait des cinq dernières années.

Les investissements proviennent d’une variété de sources, y compris le financement participatif en actions, les subventions gouvernementales, les prix de concours de pitch et les investissements providentiels et en capital de risque de la phase préliminaire à la série C et au-delà.

À ce jour, les startups soutenues par DMZ ont levé le plus aux stades de la série A (307 millions de dollars) et de la série B (324 millions de dollars).

Récemment, la DMZ a apporté des changements significatifs à sa programmation de démarrage, éliminant son accélérateur «joyau de la couronne» au profit d’un nouveau programme d’incubateur pour les startups en démarrage. Une «augmentation massive» du nombre d’entreprises en démarrage postulant à des programmes DMZ au milieu du COVID-19 et une surabondance dans l’espace des accélérateurs locaux ont incité le hub à se recentrer sur les premiers stades.

CONNEXES: Ada Support, développeur de plate-forme d’IA, lève 63,7 millions de dollars canadiens de série B

Snobar a déclaré à BetaKit que les changements de programmation à la DMZ étaient motivés par le désir à la fois d’assurer la durabilité de l’incubateur et de combler une lacune dans l’écosystème. Le hub a également modifié son modèle de revenus, éliminant les frais d’adhésion et de bureau pour les sociétés du portefeuille en faveur de la prise de participation jusqu’à 2,5% dans les entreprises qui participent à son nouveau programme.

La DMZ compte actuellement 10 entreprises dans sa cohorte initiale et cherche à recruter son deuxième lot de startups.

Notamment, DMZ n’est pas le seul incubateur à atteindre le milliard de dollars de financement total 11 ans après sa fondation: Velocity, connectée à l’Université de Waterloo, a franchi exactement le même cap en 2019.

«Nous avons des chevauchements dans nos entreprises, mais pas beaucoup, ce qui est une belle histoire», a-t-il déclaré. «Parce que même si nous aimons aider les mêmes entreprises, il est également très important de nous assurer que nous faisons tous notre part.»

CONNEXES: Les startups Velocity dépassent 1 milliard de dollars de financement total

Snobar a déclaré que le jalon de 1 milliard de dollars avait nécessité plus de 10 ans de soutien et de capital pour les entreprises, et a exprimé sa confiance que le temps qu’il faudra aux entreprises de la zone démilitarisée pour atteindre le milliard suivant sera «beaucoup plus court» maintenant que l’écosystème technologique du Canada est devenu plus développé. .

«Quand je suis entré dans cet espace pour la première fois, il n’était pas aussi courant de faire en sorte que de très bons individus très talentueux et des professionnels prospères quittent leur emploi quotidien et partent créer une start-up», a déclaré Snobar. «Vous en aviez une partie, mais ce n’était pas au même niveau que celui que nous voyons aujourd’hui.»

Dans le même temps, alors que l’écosystème entrepreneurial du Canada a connu une forte croissance ces dernières années, Snobar a noté que son «paysage d’investissement est encore un peu en retard par rapport aux États-Unis».

Snobar a qualifié cela de coïncidence, mais a ajouté qu’il y a «beaucoup de ressemblance entre Velocity et DMZ. Dans le même temps, il a déclaré que les organisations desservent des communautés légèrement différentes.

Bien que l’écosystème entrepreneurial du Canada se soit développé, Snobar a déclaré que son paysage d’investissement «traîne toujours» aux États-Unis.

«Je pense que nous prenons beaucoup plus de temps pour amener les investisseurs à financer et à recevoir moins d’argent dans l’ensemble, ce qui ralentit les trajectoires de croissance de la startup ou de l’entreprise, ce qui peut être assez difficile», a déclaré Snobar.

Afin de «doubler leur trajectoire et de continuer à générer des fondateurs et des entreprises technologiques de premier plan», Snobar a souligné le besoin continu de financement et de soutien pour les startups en démarrage et à un stade ultérieur, ce que la DMZ tente de résoudre avec son récent changement. en programmation.

En plus du financement, Snobar voit également beaucoup de place à l’amélioration en ce qui concerne le soutien aux communautés marginalisées telles que les femmes, les entrepreneurs noirs et autochtones.

«L’un des grands succès de la zone démilitarisée ces dernières années est que nous avons essayé d’être aussi inclusifs que possible dans le travail que nous faisons, en réalisant que, vous savez, nous sommes encore loin, très loin de livrer ce que nous faisons. nous devons le faire, mais nous réalisons également que nous nous rapprochons de plus en plus chaque année de notre existence », a déclaré Snobar.

Avec des fichiers de Meagan Simpson. Photo gracieuseté de DMZ.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires