Les principaux leviers que les éditeurs de l'APAC peuvent tirer pour accroître les recettes du commerce


On estime que l’APAC est responsable de 64 % de toutes les transactions de commerce électronique en 2019 et le commerce mobile est en plein essor, sept pays asiatiques se plaçant dans les dix premiers pour la pénétration du commerce mobile.

Mais malgré ces conditions idéales, on a l’impression que les éditeurs ont été plus lents ici qu’ailleurs dans le monde à tirer profit du contenu commercial et à exploiter le commerce électronique comme source de revenus pour leurs entreprises. Jusqu’à présent, les éditeurs ont été plus lents à tirer profit du contenu commercial et à exploiter le commerce électronique comme source de revenus pour leurs entreprises.

Comme les éditeurs, de l’Australie à Taïwan et à la Malaisie, font du commerce, Skimlinks a joué un rôle clé dans nombre de leurs voyages, nous avons donc rassemblé les principaux leviers qu’ils peuvent utiliser pour accroître les recettes du commerce :

Le temps est un élément essentiel

Les éditeurs du Royaume-Uni et des États-Unis sont très attentifs à deux facteurs commerciaux : le taux de commission et le bénéfice par clic. Ils veulent savoir combien de parts de vente ils recevront et combien ils gagneront pour chaque clic envoyé à un commerçant.

Dans l’APAC, il existe différentes priorités clés : Le délai de livraison et les frais d’expédition.

L’expédition est essentielle car, comme partout ailleurs, les gens sont de plus en plus impatients et veulent des articles rapidement. En Australie par exemple, où l’expédition peut parfois prendre des semaines, les éditeurs chercheront à donner la priorité aux marques qui peuvent livrer les articles plus rapidement. Les éditeurs verront probablement moins de conversions si les marchands auxquels ils sont liés ne peuvent pas livrer les commandes rapidement.

Les frais sont également essentiels. La gratuité de l’expédition a des attraits partout, mais dans l’APAC, elle est particulièrement attrayante pour les éditeurs car elle reste une promotion relativement rare, dans un marché immense où les livraisons coûtent souvent plus cher et prennent plus de temps. Lorsque les éditeurs ne trouvent pas d’offres de livraison gratuite, ils cherchent à choisir les marchands qui proposent des tarifs moins élevés pour l’expédition des articles et utilisent cela pour informer les marchands qu’ils figurent dans le contenu commercial.

Utiliser un contenu éditorial expert sur mesure

Malgré l’avancée du commerce électronique dans l’APAC, le contenu commercial est à la traîne, mais de nombreux éditeurs trouvent que le contenu éditorial syndiqué est un moyen rapide de se développer.

Elle les aide à produire du contenu sans augmenter leurs effectifs directs et leur permet de s’appuyer sur un flux régulier de contenu commercial spécialisé pour le publier.

Il faut du temps pour faire l’analyse de rentabilité nécessaire pour engager des rédacteurs commerciaux. Alors que les éditeurs s’efforcent de développer le commerce, de prouver sa valeur et de plaider pour un investissement dans la chaîne, le contenu syndiqué les aide à maintenir leur élan.

Le volume d’articles produits joue un rôle clé dans l’augmentation du contenu commercial des éditeurs. Plus les lecteurs voient de conseils sur les produits, plus ils s’habituent à utiliser les recommandations des éditeurs pour éclairer leurs achats. Le propre réseau éditorial de Skimlinks s’est développé pour produire plus de 200 articles par trimestre depuis le début de l’année 2020.

Nos recherches montrent qu’un rédacteur en chef spécialisé dans le commerce doit écrire 5 articles par jour pour que le commerce puisse se développer. Donc, si un contenu syndiqué peut fournir une partie ou la totalité de ces articles à un éditeur, cela l’aidera à se développer plus rapidement. Il peut également offrir des informations précieuses dont les éditeurs peuvent bénéficier dès le début de leur activité commerciale.

Les éditeurs de commerce doivent optimiser la longueur d’un article, le nombre de liens, le nombre de commerçants, le moment où ils publient un contenu et bien d’autres facteurs. Un contenu commercial sur mesure, des besoins éditoriaux adaptés et une expertise commerciale peuvent faire toute la différence.

Mettez en valeur les marques internationales dans votre contenu commercial

Lorsque nous pensons à nos principaux éditeurs au Royaume-Uni et aux États-Unis, ils préfèrent mettre en avant les marchands nationaux.

En d’autres termes, au Royaume-Uni, les éditeurs écrivent généralement sur les détaillants britanniques comme John Lewis, Argos et Marks & Spencer, tandis qu’aux États-Unis, les éditeurs privilégient des marques comme Walmart, Target et Wayfair.

Mais dans l’APAC, l’accent est mis beaucoup plus largement sur les marques internationales.

Cela varie selon les différents sous-marchés. Les marques de mode internationales comme Nike, par exemple, sont très performantes en Australie, ce qui est doublement intéressant car nombre des meilleures performances ont échoué lors de leurs tentatives de lancement de briques et mortiers en Australie.

Les choses sont légèrement différentes sur les marchés d’Asie du Sud-Est comme Singapour, Taïwan et Hong Kong. Les marques de luxe internationales comme Net-A-Porter y sont très populaires.

En Asie du Sud-Est, il y a un énorme appétit pour les marchands de luxe de toutes catégories. Ces derniers façonnent naturellement le type de contenu commercial créé et donnent une importance différente, alors on pourrait s’attendre à ce qu’il y ait de grands acteurs régionaux comme Alibaba.

L’attention au détail est primordiale

Les éditeurs de l’APAC prennent vraiment à cœur la maxime « une taille ne convient pas à tout le monde ». Cela s’explique par l’importance qu’ils accordent au contenu intemporel ou à caractère permanent.

Ils préfèrent passer plus de temps sur un seul élément de contenu, qui a une valeur de vie plus longue, plutôt que sur des éléments jetables liés à des événements saisonniers du commerce électronique.

Les guides de produits – pour les formateurs ou les jeans par exemple – qu’ils peuvent mettre à jour périodiquement pour rester pertinents, constituent un domaine d’intérêt majeur. Le souci du détail est sans doute plus important ici qu’ailleurs, et cela est lié aux différences culturelles. Par exemple, les éditeurs de Taïwan accordent une grande attention aux couleurs individuelles de l’article choisi, car les différentes nuances donnent lieu à des interprétations plus profondes.

Le public est également plus exigeant. Ainsi, pour les articles portant sur les articles d’une célébrité ou les tenues d’une émission de télévision, les lecteurs veulent les pièces exactes du détaillant et sauront si un éditeur s’est trompé.

Résumé

Les ventes de commerce électronique dans la région Asie-Pacifique et en Australie ont atteint, selon les estimations, 2 300 milliards de dollars en 2019.

Nous prévoyons que cette croissance se poursuivra jusqu’en 2020, en partie grâce à la croissance continue du commerce électronique et aux éditeurs qui ont mis l’accent sur le commerce et dont les stratégies arriveront à maturité au cours des 12 prochains mois.

Pour les éditeurs de l’APAC qui veulent développer le commerce, la voie vers l’échelle est claire :

  • Privilégier les commerçants ayant les fenêtres de livraison les plus courtes et les offres de livraison gratuite
  • Profiter du contenu éditorial des autres
  • Mettre en avant les marques internationales en Australie et les marques de luxe en Asie du Sud-Est
  • L’attention au détail est primordiale

Alors que les éditeurs sont confrontés à des temps incertains, le commerce reste une source de revenus qui peut fournir un service précieux aux lecteurs et offrir une alternative à la publicité intrusive. Dans l’APAC, comme ailleurs dans le monde, les éditeurs ont une grande marge de manœuvre pour en faire une part importante de leur activité.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Articles Similaires