Les entreprises technologiques de Waterloo se joignent aux demandes de modification des subventions salariales dans une lettre adressée au gouvernement fédéral

0
101


Un groupe d’organisations et de start-ups de la région de Kitchener-Waterloo, dirigé par Communitech, se fait l’écho des préoccupations selon lesquelles la subvention salariale de 75 % du gouvernement fédéral n’englobe pas les startups et les entreprises technologiques canadiennes.

« Sans modification des critères pour l’ECWS, les organisations technologiques de démarrage et de développement risquent de perdre ».

Vendredi, le groupe a rédigé une lettre ouverte aux ministres fédéraux demandant un « ajustement » de la subvention salariale d’urgence du Canada (CEWS), qui a été introduite au cours de la semaine dernière.

« Bien que le CEWS, tel qu’il est structuré, profitera à la plupart des entreprises au Canada, les entreprises en démarrage et celles qui se développent rapidement ne sont pas la plupart des entreprises », peut-on lire dans la lettre.

« Nous vous demandons d’envisager sérieusement d’affiner le CEWS afin de garantir que les entreprises du secteur canadien de la haute technologie, en pleine croissance, ne perdent pas leurs employés qualifiés, leur plus grand atout ».

Parmi les signataires de la lettre, citons Iain Klugman de Communitech, Mallorie Brodie et Lauren Lake de Bridgit, Dan Mathers de Eleven-x et Andrew Macleod de Postmedia, entre autres.

RELATIVES : Le PDG de Communitech, Iain Klugman, retarde le départ prévu au milieu de COVID-19

« Les plus grands atouts dans le secteur en pleine croissance et de haute technologie sont les gens », a déclaré M. Klugman à BetaKit. « Sans modification des critères de l’ECWS, les entreprises technologiques en démarrage et en expansion risquent de perdre plus que des revenus et la valeur de leurs actions ; leurs employés sont leur force vitale et doivent être protégés ».

Adressée au ministre des finances Bill Morneau ainsi qu’aux ministres Mary Ng, Melanie Joly et Navdeep Bains, la lettre salue la volonté du gouvernement de donner suite aux recommandations et la rapidité sans précédent avec laquelle les nouvelles initiatives ont été adoptées.

M. Morneau, lui-même, a noté mercredi le rythme sans précédent auquel les nouvelles politiques ont été mises en place. Des sources familières avec la procédure gouvernementale qui se sont entretenues avec BetaKit sous le couvert de l’anonymat ont déclaré que le développement de mesures pour le secteur de l’innovation a été ralenti par le bureau du ministre des finances qui est « pointilleux » en matière de procédure.

Dans la lettre de vendredi, les entreprises de Waterloo reconnaissent que des lacunes dans ces programmes seront inévitables étant donné le « temps record » qu’ils sont en train de créer.

« Comme vous l’avez déclaré publiquement, il sera important que votre gouvernement et les parties prenantes travaillent ensemble pour identifier et combler les inévitables lacunes qui se manifestent », indique la lettre. « La subvention salariale d’urgence du Canada (CEWS), telle qu’elle s’applique aux entreprises technologiques locales en démarrage et en expansion, est l’une de ces lacunes aujourd’hui ».

RELATIVES : Le programme de partage du travail mis à jour par le gouvernement fédéral est plus ouvert aux start-ups dans le cadre de COVID-19

Le sentiment des organisations de Waterloo est similaire à celui de la majorité du secteur technologique canadien. Peu après l’annonce de Morneau, mercredi, qui a décrit les détails du programme de subvention, les PDG et les investisseurs en capital-risque se sont tournés vers les médias sociaux pour affirmer que la subvention n’incluait pas les entreprises en démarrage. Le ministre Bains a même admis que les startups qui ne sont pas encore rentables ne pourront pas s’inscrire.

Jeudi, le Conseil des innovateurs canadiens (CCI) et ses centaines de PDG ont envoyé au gouvernement fédéral une soumission décrivant comment la subvention fait échouer les startups, en mettant en avant des recommandations pour étendre le programme.

La lettre de Communitech se concentre sur deux recommandations visant à améliorer le programme CEWS pour qu’il englobe les startups, en actualisant les critères et en adoptant des politiques similaires à celles de l’Australie.

Critères de recettes

Tout comme la CCI, la lettre de Waterloo demande au gouvernement d’éliminer ou de modifier substantiellement les critères relatifs aux recettes. Elle souligne que le « point d’achoppement » pour les entreprises technologiques est le critère de diminution des revenus de 30 %.

En l’état actuel des choses, le critère est qu’une entreprise doit avoir connu une baisse de 30 % de son chiffre d’affaires d’une année sur l’autre.

« Pour les entreprises technologiques en phase de démarrage et de croissance rapide, comparer les revenus sur une base annuelle n’a pas de sens pour un certain nombre de raisons », peut-on lire dans la lettre. « Grâce à leurs trajectoires de croissance relativement rapides, les start-ups et les entreprises en pleine expansion auraient pu voir leurs revenus chuter au cours des dernières semaines, tout en continuant à générer des bénéfices plus importants qu’il y a un an ».

« Le CEWS tel qu’il est conçu actuellement punit de façon perverse exactement le type d’entreprises innovantes et à forte croissance que le Canada devrait encourager ».

La lettre souligne les points soulevés par des leaders de la communauté comme le président de la CCI, John Ruffolo, notant que les critères rendent particulièrement difficile la création de logiciels en tant que service (SaaS).

« Les flux de revenus dans le segment florissant du SaaS sont tels que les recettes des abonnements sont inégalement réparties tout au long de l’année », indique la lettre. « Il s’ensuit que les effets de COVID-19 sur les revenus des entreprises de ce secteur commenceront à se faire sentir dans les mois à venir ».

Dans sa forme actuelle, le programme CEWS n’est disponible que pendant trois mois, de mars à avril, et les entreprises doivent présenter une nouvelle demande chaque mois en fonction de la baisse correspondante de leurs revenus mensuels d’une année sur l’autre.

Le groupe dirigé par la Communauté recommande au gouvernement d’adopter une approche fondée sur des critères qui tiennent compte de la taille des entreprises. « L’approche la plus efficace et la plus simple consisterait à exempter les entreprises de moins de 300 employés du critère de revenu », ont-ils déclaré.

« Les effectifs actuels de notre secteur sont également fonction des ventes prévues ou futures… afin de tirer parti des tendances », indique la lettre. « Avec l’effondrement brutal de l’activité commerciale dû à COVID-19, cela signifie que de nombreuses start-ups et entreprises de grande envergure ont maintenant des effectifs qui ne reflètent pas la nouvelle réalité économique. Dans certains cas, la situation est aggravée par la fuite rapide des investisseurs vers la sécurité, ce qui entrave la capacité des entreprises en phase de démarrage à lever des capitaux et à garder tous leurs travailleurs ».

Les effets de ce phénomène ont déjà été observés dans la communauté technologique canadienne, avec la société Mogo de Vancouver FinTech qui a licencié 30 % de son personnel en prévision de l’incertitude entourant COVID-19. La jeune entreprise torontoise Ritual, bien financée, a également récemment réduit ses effectifs de moitié après que le secteur de la restauration qui constitue sa plate-forme ait pratiquement fermé ses portes dans le monde entier.

Comme l’Australie

La deuxième recommandation du groupe au gouvernement est d’examiner l’approche actuellement adoptée en Australie.

Cette semaine, le gouvernement australien a assoupli les critères de son programme de subventions salariales « JobKeeper », mettant 130 milliards de dollars australiens à la disposition d’environ 6 millions de travailleurs dans le pays. Les nouvelles exigences évaluent une baisse de 30 % des recettes d’une année sur l’autre pour les entreprises qui tirent moins d’un milliard de dollars australiens, et une baisse de 50 % des recettes d’une année sur l’autre pour les entreprises qui gagnent plus d’un milliard de dollars australiens.

RELATIVES : Lettre ouverte au Premier ministre : le manque de soutien ciblé va fermer les entreprises technologiques de l’Ontario

Il est important de noter que le programme gouvernemental offre d’autres moyens d’évaluer l’impact des entreprises, en particulier pour les entreprises qui n’étaient pas en activité l’année précédente ou dont le chiffre d’affaires ne reflète pas l’impact de COVID-19.

« Les entreprises canadiennes en démarrage et en expansion ont prospéré au cours de la dernière décennie, ce qui a contribué à faire du secteur technologique la partie de l’économie canadienne qui connaît la croissance la plus rapide », a déclaré le groupe, en notant que le secteur technologique de la région de Waterloo a connu à lui seul une croissance de plus de 40 % depuis 2013.

« Ne perdons pas l’élan que nous avons construit ensemble », conclut la lettre. « Le CEWS, tel qu’il est conçu actuellement, punit de manière perverse exactement le type d’entreprises innovantes et à forte croissance que le Canada devrait encourager. Il est difficile de trouver et de garder les grands talents. Perdre nos précieux employés est la dernière chose que nous souhaitons voir ».



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here