Les banques allemandes ont triché sur les tests de résistance de la Banque centrale européenne



Un groupe d’experts financiers de la Deutsche Bundesbank, de l’Imperial College de Londres et de la Federal Deposit Insurance Corporation des États-Unis a récemment examiné les données de l’examen de la qualité des actifs (AQR) de la Banque centrale européenne (BCE) pour 2014 et a analysé si les banques « se déguisent » pour le régulateur en modifiant la composition des risques de leurs actifs.

Il s’est avéré que…oui, ils le font totalement.

Les chercheurs ont examiné diverses statistiques de 130 banques de la zone euro qui ont 22 000 milliards d’euros (24 000 milliards de dollars) d’actifs avant et après l’examen effectué en 2014, dont 25 banques allemandes.

Ils ont conclu que peu après l’annonce du test en octobre 2013, les banques examinées ont investi dans des actifs à faible risque. Mais que, après le test, les banques ont rééchangé leurs actifs à haut risque.

« Nous constatons qu’après l’annonce de l’AQR par la BCE, les banques examinées augmentent leur part de titres qui ont une notation de premier ordre et réduisent leur part d’offre de crédit aux entreprises plus risquées », indique le rapport.

« Dans la période suivant la mise en conformité avec l’AQR, nous constatons que les banques examinées se rechargent entièrement sur les titres plus risqués (similaire au niveau d’annonce pré-BCE) ; cependant, ce n’est pas le cas pour les crédits plus risqués », a-t-il ajouté.

Ces résultats suggèrent que les banques ont intentionnellement modifié la composition de leurs actifs avant le test en faveur d’actifs plus sûrs – et qu’elles ont annulé cette modification presque immédiatement après l’exercice. En conséquence, l’étude a placé le secteur bancaire sous un jour favorable.

Pire, ce n’est même pas un secret.

Le rapport indique : « Il y a eu plusieurs cas de banques qui ont réussi les tests de résistance et qui ont ensuite échoué dans un court laps de temps [of] temps après », ajoutant que « les superviseurs sont conscients des incitations des banques à masquer les risques ».

Notamment, une stratégie très similaire, appelée « la poudre aux yeux« -est une pratique courante parmi les gestionnaires de fonds communs de placement et autres portefeuilles, qui l’utilisent pour gonfler les performances d’un fonds avant de le présenter aux clients ou aux actionnaires vers la fin d’une période de référence.

Comme l’indique le rapport, les grandes banques de l’UE n’hésitent pas non plus à recourir à ces stratégies « à haut risque et à forte rémunération », ce qui a pour effet de tromper le régulateur.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Articles Similaires