Les annonces apparaissant sur le réseau de Google parallèlement à la désinformation COVID-19

0
80


Les plateformes de recherche et les plateformes sociales ont eu beaucoup à faire avec COVID-19.

De la lutte contre la monétisation à l’évolution constante des politiques publicitaires, en passant par les informations manifestement fausses qui se glissent entre les mailles du filet de l’approbation, l’adaptation rapide a été le mot d’ordre.

Il y a un autre aspect du réseau publicitaire de Google qui était jusqu’à présent quelque peu passé inaperçu : celui de l’affichage des annonces sur son réseau de sites.

Qu’est-ce que le réseau publicitaire de Google ?

Lorsqu’un visiteur atterrit sur un site web et voit de la publicité, il s’agit d’une relation symbiotique. La marque paie pour que sa publicité soit diffusée, le propriétaire du site gagne de l’argent et différentes plateformes (comme Google) négocient cette relation.

Les sites qui utilisent Google pour fournir automatiquement des annonces d’acheteurs font partie de leur réseau d’annonceurs.

À l’ère de la désinformation, cela soulève des questions sur la responsabilité des réseaux publicitaires en ce qui concerne les sites et les contenus pour lesquels ils diffusent de la publicité.

Sites et contenu des pages

Un rapport de Bloomberg publié cette semaine montre que cette zone grise se redresse.

Un groupe de recherche appelé Global Disinformation Index a découvert que sur 49 sites de désinformation, 84% d’entre eux avaient des annonces Google.

Voici quelques exemples d’annonces et de couplages de sites web :

  • Publicité de Veeam apparaissant sur un article citant des allégations selon lesquelles les organisations caritatives de Bill Gates relatives aux pandémies font partie d’un complot pour la domination mondiale
  • Publicité des équipes Microsoft apparaissant dans un article où Gates tente de corrompre les législateurs nigérians pour un vaccin COVID-19
  • Publicité sur les communications O2 montrant un article revendiquant des liens entre le virus et les réseaux 5G

Annonces apparaissant sur le réseau Google&#8217s aux côtés de la désinformation COVID-19

Interrogé, Google a répondu en soulignant qu’il surveillait le contenu de certaines pages et pas nécessairement un site dans son ensemble.

« Nous sommes profondément engagés à élever le niveau de qualité du contenu des produits Google et cela inclut la protection de nos utilisateurs contre la désinformation médicale. Chaque fois que nous trouvons des éditeurs qui violent nos règles, nous prenons immédiatement des mesures ». – Christa Muldoon, porte-parole de Google

PUBLICITÉ

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

Les marques qui utilisent le réseau de Google peuvent créer une liste noire de sites sur lesquels elles ne veulent pas diffuser leurs annonces, mais cela soulève la question de savoir où se situe vraiment la responsabilité.

Dans un monde qui compte des milliards de sites, qui est responsable non seulement de l’association des marques, mais aussi de la monétisation des sites qui contiennent de fausses informations ?

Marques et informations

Ce n’est pas la première fois que Google doit faire face à des réactions négatives concernant l’endroit où sont diffusées ses annonces, notamment un débat très public sur ses annonces apparaissant sur Breitbart.

Alors qu’ils continuent à développer les possibilités de monétisation sur YouTube et sur les sites web, ils sont confrontés à une ramification unique de cette question :

Si un créateur est interdit, surveillez-vous son apparence en liberté ?

Exemple : David Icke, un théoricien britannique de la conspiration qui a été sur YouTube pendant plus de 14 ans.

Il a finalement été banni de la plate-forme récemment en raison de la diffusion de fausses informations sur COVID-19. Il peut désormais être vu et entendu sur d’autres chaînes YouTube et dans des publicités pour un réseau de diffusion en continu autour du yoga appelé Gaia.

PUBLICITÉ

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

Un porte-parole de Google a confirmé que tant que les vidéos n’enfreignent pas les règles, les créateurs bloqués peuvent apparaître dans d’autres vidéos appartenant à d’autres comptes.

Alors que le monde avance, que les créateurs rejoignent chaque jour des plates-formes et que l’Internet est plus riche que jamais en informations, ces questions continueront de se poser. La désinformation doit-elle être récompensée financièrement, et comment une plateforme choisit-elle le moment et la manière de l’appliquer ?

Il n’y aura peut-être jamais de réponse facile et rapide, mais les débats se poursuivront.

La couverture originale de Bloomberg peut être lue ici.


Image reproduite avec l’aimable autorisation de Disinformation Index



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here