Le secteur des technologies de l'Alberta écrit une lettre ouverte au gouvernement provincial pour demander un soutien urgent


Un groupe de l’écosystème technologique de l’Alberta a rédigé une lettre ouverte au gouvernement de l’Alberta, appelant à une action urgente pour un secteur qui, selon lui, est en danger en raison de la pandémie et des crises pétrolières actuelles.

« Cette crise met en danger les entreprises technologiques et l’écosystème qui les soutient ».

« C’est une crise sans précédent », lit-on dans la lettre. « Si tous les niveaux de gouvernement ne prennent pas des mesures immédiates, notre écosystème pourrait être gravement endommagé et annuler les progrès que nous avons réalisés pour créer l’économie albertaine de l’avenir. »

L’initiative a été menée par l’Alberta Innovation Corridor (AIC), un effort conjoint entre le Calgary Economic Development, Platform Calgary et Innovate Edmonton. Au cours des deux dernières semaines, le groupe, qui s’attache à promouvoir le secteur de l’innovation de la province, a recueilli les réponses de 175 entrepreneurs technologiques basés en Alberta qui ont fait part des défis immédiats auxquels ils sont confrontés compte tenu de la crise sanitaire mondiale actuelle.

La lettre a été envoyée et est adressée au premier ministre de l’Alberta Jason Kenney, au président du Conseil du Trésor et ministre des finances Travis Toews, à la ministre du développement économique, du commerce et du tourisme Tanya Fir, et au ministre de Service Alberta Nate Glubish.

Le groupe souligne le rôle important que le secteur technologique joue dans l’économie de la province, notant qu’avant la récente crise, le secteur technologique de l’Alberta générait 15,6 milliards de dollars de produit intérieur brut (PIB) et employait environ 68 500 personnes.

« Avant la crise mondiale actuelle, l’écosystème des start-ups technologiques était une source majeure de croissance économique mondiale », indique la lettre. « Le Canada – et l’Alberta – en faisaient partie. Nous ne pouvons pas nous permettre de négliger l’un des moyens les plus prometteurs d’assurer la prospérité future de notre province et de notre pays. Cette crise met en danger les entreprises technologiques et l’écosystème qui les soutient. Ces mesures fédérales nous aideront énormément ».

RELATIVES : Lettre ouverte au Premier ministre : le manque de soutien ciblé va fermer les entreprises technologiques de l’Ontario

La lettre exhorte le gouvernement provincial à prendre en considération et à agir en fonction des recommandations formulées par le groupe de travail sur le capital-innovation. Ce groupe, composé d’experts des entreprises, des technologies, des universités et des associations financières de l’Alberta, a été chargé de fournir au gouvernement de l’Alberta des recommandations sur la manière d’attirer des capitaux dans le secteur technologique de la province.

Le panel devait initialement remettre un rapport fin février, mais le ministre Fir a prolongé le délai.

« La réalité de ce qui se passe ici sur le terrain est que nos entrepreneurs sont livrés à eux-mêmes. »

Vanessa Gagnon, directrice du marketing et de l’engagement communautaire de Platform Calgary, a expliqué à BetaKit que le panel aurait soumis ses recommandations au gouvernement, mais ne les aurait pas encore rendues publiques. La lettre est basée sur ce que le groupe a pu apprendre jusqu’à présent, bien que tous les détails n’aient pas été fournis.

James Lochrie, associé directeur de Thin Air Labs, basé à Calgary, et co-fondateur de Wave, a été l’une des personnes qui ont fourni des informations en retour au groupe de travail. Il a expliqué à BetaKit que certaines des recommandations comprennent le rétablissement du programme provincial de crédit d’impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental (RS&DE) et du crédit d’impôt pour les investisseurs de l’Alberta (AITC), qui ont été supprimés par le Parti conservateur unifié de Kenney en octobre.

De nombreux acteurs de l’écosystème technologique de la province ont salué ces programmes comme essentiels pour encourager les start-ups et ont demandé leur retour.

M. Lochrie a également recommandé les zones franches comme moyen d’attirer de grandes entreprises dans la province, telles que Microsoft, qui, selon lui, pourraient contribuer à l’ensemencement de l’écosystème et au remplissage de l’immobilier. Il a également recommandé que le gouvernement fournisse des investissements de contrepartie pour les fonds.

L’AIC demande également au gouvernement de l’Alberta de mettre en place un système d’investissement de contrepartie. La lettre « demande » des interventions politiques spécifiques, notamment l’incitation au flux de capitaux par le biais de fonds de contrepartie « qui réduisent les risques des investissements de départ dans un environnement incertain ».

« Nous avons désespérément besoin d’un programme de jumelage », a déclaré M. Lochrie. « Il est d’une importance capitale pour l’Alberta de mettre en place ce programme de jumelage. Nous avons de bonnes entreprises qui essaient de lever des capitaux ici, et sous différents climats, elles réussiraient probablement très bien à le faire ».

M. Lochrie a fait remarquer que le programme de jumelage pour les entreprises financées par le capital-risque récemment mis en place par la Banque de développement du Canada (BDC) a « manqué » l’Alberta en raison de la forte dépendance de la province à l’égard des investissements providentiels en phase de démarrage, ce dont a récemment fait écho Sandi Gilbert, associée directrice d’InterGen et présidente du conseil d’administration de la National Angel Capital Organization.

RELATIVES : Une enquête de la BDC révèle que 90 % des entrepreneurs canadiens ressentent l’impact négatif de COVID

La lettre de l’AIC indique que la communauté technologique de l’Alberta applaudit les récentes mesures prises par le gouvernement fédéral, notamment l’augmentation du capital du Conseil national de recherches et de l’Agence de développement régional (ADR) de l’Ouest canadien, Diversification de l’économie de l’Ouest.

« Ces investissements seront rentables », affirme le groupe.

M. Lochrie a appuyé cette affirmation, en déclarant que le nouveau programme d’aide à l’innovation COVID-19 du PARI aide à combler certaines lacunes des entreprises albertaines en démarrage.

La deuxième demande de la lettre de l’AIC au gouvernement de l’Alberta est d’utiliser son pouvoir d’achat, ainsi que celui des municipalités, pour acheter des technologies « fabriquées en Alberta ». La lettre souligne que « les entreprises qui se sont déjà établies comme des acteurs mondiaux sont maintenant confrontées à un ralentissement de la croissance ou à un déclin en raison de la crise », sans toutefois mettre en avant des entreprises spécifiques.

« S’il y a jamais eu un moment pour réfléchir aux différentes opportunités en Alberta, c’est maintenant. »

« Plus de 175 entrepreneurs technologiques albertains ont fait part des défis immédiats auxquels ils sont confrontés, dont les plus importants sont la perte dévastatrice de clients et de liquidités, ainsi que l’accès aux chaînes d’approvisionnement. Leur survie est en danger », a déclaré l’AIC.

« Ce sont ces entreprises qui aideront à faire tourner le pivot de l’Alberta vers la diversification de son économie », peut-on lire dans la lettre. « Malheureusement, l’élan que nous avons acquis est menacé car les entreprises voient leurs clients et leurs revenus s’évaporer en raison de la crise économique actuelle. »

Lochrie, cependant, a déploré que la lettre soit probablement « une perte de temps ».

« Toutes ces lettres ont déjà été écrites auparavant », a-t-il déclaré à BetaKit. « La réalité de ce qui se passe ici sur le terrain est que nos entrepreneurs sont livrés à eux-mêmes. Ils le savent, et ils prennent des mesures pour assurer leur propre survie parce qu’ils savent que le gouvernement se soucie d’eux ».

RELATIVES : L’écosystème des start-ups du Saskatchewan ne rebondit pas comme les marchés technologiques matures

« Le gouvernement pense que le secteur technologique va très bien, qu’il se porte bien », a ajouté M. Lochrie. « Et il va bien, il se porte bien, il se gère lui-même. Mais ce que nous faisons, c’est que nous gâchons l’opportunité de l’avenir en n’investissant pas dans ce secteur. Nous n’y prêtons pas attention et nous n’investissons pas toutes nos ressources dans le secteur du pétrole et du gaz ».

La lettre de l’AIC souligne le duel auquel sont confrontées les entreprises albertaines. Outre les impacts économiques de COVID-19, l’effondrement des prix du pétrole dû à la surproduction inondant le marché en provenance d’Arabie Saoudite et de Russie a également eu un impact important, selon le groupe.

« C’est une crise comme nous n’en avons jamais connue », a déclaré l’AIC. « L’écosystème technologique de l’Alberta est profondément lié au secteur énergétique de la province, car nous créons des technologies propres et des solutions numériques qui incitent l’industrie de base de notre province à améliorer sa productivité, à réduire ses coûts et son empreinte écologique ».

L’AIC a déclaré que les entrepreneurs et les innovateurs seront un élément crucial de ce genre de mouvement, « faisant de la technologie un élément essentiel de la croissance économique et de la diversification de l’Alberta ».

RELATIVES : Comment Kari Gordon, directrice de la programmation de CDL-Rockies, veut stimuler la technologie albertaine

« S’il y a jamais eu un moment pour réfléchir aux différentes opportunités en Alberta, c’est maintenant », a ajouté Lochrie. « Cette semaine, nous avons reçu un appel à l’ordre concernant la place de l’énergie dans le monde et le manque de contrôle de l’Alberta sur son propre avenir ».

C’est le bon moment pour soutenir le secteur technologique, a-t-il ajouté. « J’attends avec impatience que le gouvernement se mobilise comme je sais qu’il peut le faire. Il est temps de le faire et ils doivent le faire, sinon, ils ne font que gâcher cette incroyable opportunité de faire avancer quelque chose qu’ils auraient dû continuer à avancer quand ils sont arrivés au pouvoir ».

L’AIC a fait écho à une déclaration similaire dans sa lettre. « Il ne s’agit pas seulement de survivre à une crise », dit-il. « Il s’agit de travailler ensemble pour s’assurer que l’Alberta montre la voie sur la scène nationale pendant la reprise. Maintenant, plus que jamais, il est temps de soutenir nos innovateurs et nos entrepreneurs ».



Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Articles Similaires