FSRA d'Abou Dhabi

Le régulateur d’Abou Dabhi ADGM, FSRA, a publié des lignes directrices sur les crypto-monnaies.

La FSRA a publié des lignes directrices sur son approche de la réglementation du marché des crypto-monnaies. Ils visent à démontrer ses attentes de l’industrie et ceux des fournisseurs de services. Pour rappel, FSRA est le régulateur financier du centre financier international basé à Abu DhabiADGM.

La publication des lignes directrices de FSRA sur la crypto

L’ADGM basés aux Émirats arabes unis a récemment publié 6 principes directeurs pour la réglementation des actifs virtuels. Les principes ont été annoncés par le régulateur du secteur financier, la FSRA. Ils sont conçus pour « soutenir la collaboration avec d’autres régulateurs mondiaux partageant les mêmes idées ».

Bien qu’ils ne soient pas juridiquement contraignants, selon la FSRA, les principes doivent « être considérés comme complémentaires aux détails complets de notre cadre publié ». Selon le régulateur, les 6 principes pourraient être la base d’une cohésion réglementaire entre les juridictions.

De plus, les principes fournissent une vision compréhensible des priorités du FSRA dans ce domaine. Elles reflètent également l’appétit du régulateur pour le risque dans les domaines liés à la réglementation. 

Bonus : L’Uruguay présente un projet de loi crypto plaçant la banque centrale comme régulateur principal.

L’appétit pour le risque et les priorités énoncé par FSRA

Pour rappel, le document décrit les principales caractéristiques de chaque approche de la réglementation des actifs virtuels. Les principes généraux de la FSRA appellent à la création d’un cadre réglementaire solide et transparent fondé sur les risques.

D’une part, le cadre devrait « introduire une taxonomie claire qui définit les cryptos comme des produits dans l’espace plus large des actifs numériques et exige l’octroi de licences aux entités utilisant des cryptos pour des activités réglementées au sein de l’ADGM« .

D’autre part, le même cadre devrait donner aux entités d’actifs virtuels autorisées le « même statut réglementaire au sein de l’ADGM que toute autre entité autorisée.« 

Parallèlement, le deuxième principe appelle au maintien de normes élevées lors de l’octroi d’une autorisation. La prévention des crimes financiers et du blanchiment d’argent est un autre facteur clé qui devrait guider la réglementation des actifs virtuels, affirme la FSRA. L’engagement à utiliser des outils d’application dans les cas où les entités autorisées ne respectent pas la réglementation est un autre principe qui devrait guider les régulateurs.  

A lire aussi : Le régulateur de Hong Kong approuve HashKey Capital de gérer un portefeuille 100% crypto

 

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires

Iran cbdc

L’Iran a lancé un projet pilote pour sa CBDC.

La Banque centrale d’Iran a commencé à piloter l’utilisation de son CBDC « crypto rial », cette semaine, selon une annonce de la Chambre de commerce iranienne. Par ailleurs, la décision de