Le ministre Joly donne des détails sur le financement de la RDA prévu prochainement et discute du soutien fédéral au secteur technologique

0
97


Il y a presque deux semaines, le gouvernement du Canada a introduit de nouvelles mesures d’urgence spécifiquement destinées à soutenir le secteur de la technologie et de l’innovation dans le cadre de COVID-19. Ces mesures comprennent un financement de 250 millions de dollars pour le Programme d’aide à la recherche industrielle (PARI), 20 millions de dollars pour Futurpreneur Canada et 962 millions de dollars en nouveaux capitaux pour les agences de développement régional (ADR).

Les RDA « sont en première ligne pour le développement économique du Canada et aident à relever les principaux défis économiques ».

Le Premier ministre Justin Trudeau a souligné à l’époque que ce financement est destiné à combler les lacunes laissées par les programmes fédéraux de prêts d’urgence et les subventions salariales.

Suite à une récente conversation avec le ministre de l’Innovation Navdeep Bains au sujet du PARI, BetaKit a également rencontré (virtuellement) la ministre du Développement économique Mélanie Joly, qui est responsable des ODR.

La ministre a donné des détails sur le dernier engagement en matière de RDA et a fait part de ses réflexions sur les mesures prises par le gouvernement fédéral pour soutenir le secteur canadien de la technologie et de l’innovation.

Joly a déclaré à BetaKit que les détails sur la manière dont les 962 millions de dollars seront déboursés par les RDA sont attendus « très bientôt ». Bien qu’elle n’ait pas été en mesure de fournir un calendrier exact, la ministre a noté : « Je vais venir très rapidement avec les détails ».

« En gros, si vous n’avez pas accès à la subvention salariale, si vous ne pouvez pas avoir accès au compte bancaire d’urgence canadien (CEBA) 40 000 [loans]et vous passez à travers les mailles du filet, venez nous voir à FedDev », a déclaré M. Joly.

Il convient de noter que pendant l’interview, le ministre Joly a souvent fait référence à FedDev, la RDA pour le sud de l’Ontario, lorsqu’on lui a posé des questions générales sur les agences. BetaKit a toutefois confirmé que les 962 millions de dollars seront répartis entre toutes les RDA et les Sociétés d’aide au développement des collectivités du pays, et pas seulement FedDev.

Les RDA sont des agences fédérales relevant de l’Innovation, de la Science et du Développement économique Canada (ISED). Les six RDA du Canada couvrent le Canada atlantique, l’Ontario, l’Ouest canadien et les régions du Nord également.

RELATIVES : Le ministre Bains déclare que la rétention des talents technologiques de haut niveau est essentielle à la reprise économique du Canada

Sur le nouvel engagement de capitaux pour les RDA, 675 millions de dollars sont alloués aux agences, dont 287 millions pour le Réseau de développement des collectivités. Le Réseau de développement des collectivités est un groupe d’agences fédérales placées dans tout le Canada qui fournissent des services aux petites entreprises dans les communautés rurales. Le financement du réseau est distribué par l’intermédiaire des RDA.

Lorsque les 962 millions de dollars ont été annoncés le 17 avril, M. Joly a déclaré que l’investissement doublait essentiellement le budget des RDA. Le budget fédéral 2018 a alloué environ 911 millions de dollars aux RDA : 400 millions de dollars sur cinq ans selon la méthode de la comptabilité d’exercice, et 511 millions de dollars sur cinq ans selon la méthode de la comptabilité de caisse.

Joly a noté qu’avant la pandémie, le programme de l’agence de développement disposait d’un budget annuel de 1,3 milliard de dollars, y compris le soutien aux organisations d’aide au développement des collectivités dans tout le pays.

Bien qu’elle ne fournisse pas de détails exacts sur la manière dont le financement sera déboursé, la ministre a déclaré que les 962 millions de dollars « fourniront des mesures telles que des prêts » aux petites et moyennes entreprises (PME) qui ne sont pas en mesure d’accéder aux mesures fédérales d’urgence existantes en matière de liquidités ainsi qu’au financement traditionnel des institutions financières.

« Parfois, certaines institutions ne sont pas prêtes à prendre le risque, mais nous le ferons parce que c’est ce que nous devons faire ».

« Parfois, certaines institutions ne sont pas prêtes à prendre le risque, mais nous le ferons parce que c’est ce que nous devons faire pour soutenir nos entreprises les plus innovantes », a déclaré M. Joly à BetaKit. “[These companies] étaient déjà prospères avant cette pandémie, nous avons eu comme la meilleure année depuis la bulle internet l’année dernière, et nous savons définitivement que nous devons investir dans ces entreprises car elles feront partie de notre reprise économique ».

Le site web d’ISED note que les RDA « sont en première ligne pour le développement économique au Canada et aident à relever les principaux défis économiques en fournissant des programmes, des services, des connaissances et une expertise adaptés aux régions ».

Il ajoute que les agences surveillent de près les défis présentés par COVID-19, encourageant les PME à tendre la main si elles ont été touchées. Au moment de la publication, aucun autre détail sur le nouveau financement n’est fourni sur le site fédéral de la RDA ou sur les sites web des agences individuelles.

M. Joly a déclaré à BetaKit que le gouvernement fédéral s’efforçait d’obtenir davantage de fonds pour les RDA à la suite de conversations avec un certain nombre d’organisations, notamment des PDG de sociétés technologiques, des chambres de commerce, la National Angel Capital Organization (NACO) et le PDG de MaRS, Yung Wu.

RELATIVES : MaRS’ Yung Wu : « nous avons des jours, pas des semaines et des mois » pour préserver le secteur de l’innovation

Des groupes, dont le Canadian Digital Media Network, ont écrit des lettres ouvertes à M. Joly et à d’autres ministres pour demander une augmentation du financement, qualifiant les RDA d’essentiels pour aider l’écosystème de démarrage du Canada à se rétablir.

« C’est la première fois que les RDA vont jouer un rôle dans la stabilisation de l’économie. Habituellement, les RDA sont là en période de relance et pour stimuler la demande en réalisant des investissements directs dans les communautés de tout le pays », a déclaré M. Joly. « Les RDA joueront un rôle, à terme, j’en suis convaincu, dans le contexte de la reprise ».

Reconnaissant la fermeture récente de l’incubateur OneEleven de Toronto, M. Joly a souligné le rôle que jouent les RDA dans le soutien des incubateurs. Sans donner de détails sur la manière dont les incubateurs pourraient accéder aux fonds supplémentaires, elle a noté que « obtenir plus de fonds par le biais de nos incubateurs était essentiel pour s’assurer que nous maintenons cet écosystème très fort ».

M. Joly a ajouté que le gouvernement cherchera également à s’associer à d’autres organisations qui peuvent aider à soutenir les zones où les RDA sont moins présentes. Sous la pression, le ministre a déclaré que cela inclura de travailler avec des « tiers » tels que les agences de développement économique « pour s’assurer que nous sommes beaucoup plus présents dans la région de Toronto, et la région de Montréal, et les grandes villes ».

Notamment, FedDev couvre le sud de l’Ontario, y compris Toronto, tandis que FedNor couvre le nord de l’Ontario. Le mandat de Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC) s’étend à l’ensemble de la province.

Le ministre du développement économique a également souligné d’autres programmes que le gouvernement fédéral a mis en place pour le secteur de l’innovation, notamment le PARI et le programme d’allègement des loyers récemment annoncé.

Certains PDG de sociétés technologiques ont déjà fait part à BetaKit de leur espoir que le programme de location soit bénéfique pour leurs start-ups. Toutefois, une enquête a révélé que seule une petite entreprise canadienne sur cinq s’attend à ce que son propriétaire adhère au programme canadien d’aide d’urgence au loyer commercial.

« Nous avons entendu parler de certaines lacunes et de la subvention salariale ou du compte CEBA, et nous avons agi rapidement pour essayer de les combler », a déclaré M. Joly, en faisant remarquer que le changement des critères de subvention salariale concernait surtout les start-ups et les entreprises en phase de forte croissance.

RELATIVES : Les paiements de RS&DE commencent à être versés à la technologie canadienne suite au retard causé par la COVID-19

Lorsqu’on lui a demandé si le gouvernement du Canada avait l’intention de modifier des programmes comme la RS&DE ou d’introduire des mesures d’urgence supplémentaires pour le secteur, Joly a répondu à BetaKit « nous verrons comment ce nouveau soutien arrive ».

« Nous continuerons à nous engager auprès des dirigeants et des communautés de jeunes pousses dans tout le pays », a-t-elle ajouté. « Parce que c’est ainsi que nous traitons avec les parties prenantes et les gens depuis le début de la pandémie ; en sortant des fonds, en voyant comment ils atterrissent, en faisant des ajustements, en revenant, en voyant comment les choses se passent, et en s’assurant que tout va toujours et toujours mieux ».

« Il n’y avait pas de manuel pour cette pandémie », a-t-elle déclaré. « Nous sommes partis de zéro et nous sommes allés aussi vite que possible, en sachant que nous allions … construire l’avion au fur et à mesure que nous le piloterions ».

Source de l’image Forum économique mondial via Flickr



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here