Le gouvernement fédéral travaille à la révision des subventions salariales, mais la réaction du secteur technologique canadien est mitigée


Mercredi, le Premier ministre Justin Trudeau a confirmé que le gouvernement fédéral « assouplit » les critères d’octroi de la subvention salariale d’urgence du Canada (CEWS) afin de faciliter l’accès au programme pour les « entreprises à croissance rapide ».

« Le gouvernement a écouté – a réajusté et a surtout répondu aux besoins des écosystèmes ».

La nouvelle selon laquelle les critères pour la subvention salariale de 75 pour cent ont été modifiés a éclaté mardi soir, le Globe and Mail ayant obtenu un projet de loi de la législation, qui a été partagé avec les partis de l’opposition.

Le programme a permis de réduire la baisse de 30 % des recettes d’une année sur l’autre à seulement 15 % pour le mois de mars. La réduction de 30 % sera encore nécessaire pour recevoir la subvention en avril et en mai. Les entreprises auront désormais la possibilité de comparer la baisse de leurs ventes à janvier et février 2020 plutôt qu’à une baisse mensuelle d’une année sur l’autre.

M. Trudeau a souligné que l’idée derrière ces changements est d’inclure le plus grand nombre d’entreprises possible, et a réitéré son espoir que les entreprises utiliseront le programme pour réembaucher et continuer à garder des employés sur la liste de paie.

Certains membres de la communauté technologique se félicitent de ces nouvelles qualifications, tandis que d’autres demandent encore au gouvernement d’en faire plus.

Ben Bergen a déclaré à BetaKit que le Conseil des innovateurs canadiens (CCI) a apprécié l’effort, mais a noté que les dispositions « ne sont pas tournées vers l’économie de l’innovation et laissent tant d’entreprises technologiques canadiennes dans l’embarras ».

Le directeur exécutif a ajouté : « Nous avons préféré que le Canada omette le test de revenu comme l’ont fait le Royaume-Uni et les États-Unis, ce qui permettrait de soutenir davantage d’entreprises nationales à forte croissance. Nous avons encore besoin de mesures plus ciblées de la part du ministère du ministre Bains pour aider le secteur technologique canadien à surmonter la tempête actuelle et à profiter du rebondissement par la suite ».

RELATIVES : La Canadian Advanced Technology Alliance exhorte le gouvernement fédéral à débloquer les fonds de RS&DE en souffrance

Le président et directeur général de Communitech, Iain Klugman, a adopté une approche différente, notant que l’organisation de Kitchener-Waterloo était satisfaite des modifications apportées à la subvention salariale. « Les changements répondent à certaines préoccupations clés exprimées par les entreprises membres de Communitech », a-t-il déclaré à BetaKit. « Cela aidera les entreprises technologiques canadiennes à garder plus d’employés talentueux à leur service, ce qui permettra à notre secteur de rester fort et prêt à s’appuyer sur une forte reprise économique dans les mois à venir ».

« Malheureusement, pour l’économie de l’innovation, la plupart des entreprises seront laissées pour compte en raison de la nature unique de leurs activités ».
– John Ruffolo

Matt Roberts, partenaire de ScaleUP Ventures, qui s’est exprimé avec force sur les mesures gouvernementales, a déclaré à BetaKit : « Ils ont rempli toutes les conditions que nous avions demandées après avoir donné leur avis sur l’annonce mercredi dernier. Là où je n’ai pas entendu parler de mouvement, c’est sur les entreprises en pré-revenu ».

« Le gouvernement a écouté – il a réajusté et a surtout répondu aux besoins des écosystèmes », a-t-il ajouté. « La seule plainte que j’ai est que nous avons dû recommencer la semaine dernière après avoir exprimé ces préoccupations dans les semaines précédentes ».

Une source familière des processus gouvernementaux qui a parlé à BetaKit sur le contexte a noté que la stratégie du gouvernement a été de s’assurer que les mesures répondent aux besoins de larges pans des entreprises, et se tournera probablement vers des mesures spécifiques pour le secteur de l’innovation dans les mois à venir.

Le président de la CCI, John Ruffolo, qui s’est entretenu avec des ministres fédéraux au sujet des mesures et de leur impact sur le secteur technologique, a reconnu que l’élaboration de la subvention salariale est « très compliquée ». Il a déclaré à BetaKit qu’il appréciait que le gouvernement écoute les préoccupations de la communauté technologique et a qualifié les récents changements de « pas dans la bonne direction », notant qu’ils semblent positifs pour les PME.

« Malheureusement, pour l’économie de l’innovation, la plupart des entreprises seront laissées pour compte en raison de la nature unique de leurs activités, et nous espérons pouvoir compter sur Ottawa pour un soutien direct et ciblé à ce secteur », a-t-il ajouté.

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) a également commenté ces changements, en faisant remarquer qu’ils « n’aideront toujours pas toutes les petites entreprises qui ont besoin d’aide ». L’organisation a ajouté que son option préférée est toujours que le gouvernement abandonne complètement le test des 30 % de recettes pour les petites et moyennes entreprises.

La FCEI a déclaré qu’elle entendait continuer à faire pression sur toutes les parties pour que ce changement intervienne et a ajouté que les critères élargis « ne répondent pas aux préoccupations de nombreuses [businesses, which] ne peuvent pas se permettre d’attendre trois à six semaines avant de recevoir une quelconque aide pour leurs salaires ».

RELATIVES : Les entreprises technologiques de Waterloo se joignent aux demandes de modification des subventions salariales dans une lettre adressée au gouvernement fédéral

M. Trudeau a évoqué le retard de la mise en œuvre de l’arme à impulsions, qui devrait être disponible dans les trois à six semaines à venir. Il a indiqué que le ministère des Finances s’efforce de réduire ce délai à seulement trois semaines, ajoutant que le ministère s’est concentré sur la prestation d’intervention d’urgence du Canada (CERB) de 2 000 dollars et se tournera donc vers le CEWS.

Il a également souligné la nécessité de rappeler le Parlement dès que possible afin d’adopter une législation sur la nouvelle subvention, nécessaire à la mise en œuvre du programme. Mardi, M. Trudeau a fait remarquer que l’arme à impulsions sera intégrée à la loi sur l’impôt sur le revenu et qu’il est donc nécessaire d’adopter une loi. Mercredi, le Premier ministre a de nouveau appelé les partis d’opposition à se réunir pour adopter la législation dans les plus brefs délais.

Le chef du gouvernement libéral, Pablo Rodriguez, a noté dans un Tweet en début de semaine que, dans un « geste sans précédent », le parti a envoyé le projet de loi aux partis d’opposition « afin d’apporter aux Canadiens l’aide dont ils ont besoin le plus rapidement possible ».

Le Parlement devrait maintenant être rappelé lors du prochain week-end de Pâques. Selon iPolitics, on espère que toutes les parties pourront s’entendre sur la version préliminaire du projet de loi avant de demander le rappel de la Chambre des communes, qui doit être notifié 48 heures à l’avance.

L’opposition conservatrice a demandé un examen plus approfondi du programme, en appelant à l’utilisation de la vidéoconférence et d’autres mesures pour y parvenir. Mercredi, M. Trudeau a de nouveau souligné les plans potentiels de rappel virtuel du Parlement, afin de permettre à un plus grand nombre de députés d’y participer. Il a indiqué qu’il avait eu des entretiens avec le Président de la Chambre pour tenter de rendre cela possible.

RELATIVES : Le programme de partage du travail mis à jour par le gouvernement fédéral est plus ouvert aux start-ups dans le cadre de COVID-19

Le Premier ministre a également abordé des questions sur la vitesse à laquelle les mesures d’urgence COVID-19 ont été mises en œuvre. Il a déclaré que son gouvernement s’est d’abord concentré sur la mise en place des deux grands programmes – CEWS et CERB – en sachant qu’il serait nécessaire de les affiner par la suite. Il a fait remarquer que ces programmes sont les plus importants de l’histoire du Canada et a souligné la nécessité de les mettre en place rapidement, ainsi que de les faire correctement.

« Chaque fois que l’on met en place rapidement des mesures importantes et suffisamment solides pour être sûres de fonctionner dans la machine, il y aura des lacunes », a déclaré M. Trudeau.

La vice-première ministre Chrystia Freeland a ajouté mercredi que les leaders parlementaires de tous les partis sont actuellement en négociation sur la manière dont le Parlement peut revenir pour débattre de la nouvelle législation.

La récente extension de la subvention salariale de 75 % a également apporté des changements pour les organisations caritatives, leur offrant plus de flexibilité. Ces changements vont maintenant augmenter le coût du programme CEWS. La semaine dernière, le ministre des Finances, Bill Morneau, a annoncé que le programme devrait coûter 71 milliards de dollars. Lors d’un point de presse mercredi, le député Jean-Yves Duclos, président du Conseil du Trésor, a noté que cela allait maintenant changer, sans toutefois fournir de détails. Il a déclaré que les estimations antérieures seront désormais revues par Morneau.



Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Articles Similaires