Le Digital Dollar Project présente son plan pour une monnaie numérique américaine



L’ancien président de la Commodity Futures Trading Commission estime que le moment est venu d’adopter un dollar numérique américain, et le projet qu’il a lancé à cette fin a maintenant exposé son plan pour une monnaie numérique de la banque centrale américaine.

Le projet « Digital Dollar » a publié aujourd’hui son premier livre blanc pour le développement proposé d’une CBDC américaine.

Le projet est un partenariat entre la Digital Dollar Foundation et la société de conseil multinationale Accenture. Chris Giancarlo, qui a quitté la présidence de la CFTC à la fin de son mandat en avril 2019, a cofondé la Digital Dollar Foundation au début de l’année.

Le livre blanc de 50 pages propose un dollar américain numérique qui coexiste avec de l’argent physique. Il décrit les avantages d’une CBDC, expose certains cas d’utilisation et aborde ensuite la question des pilotes.

Accenture est l’un des principaux architectes du projet. Et le document souligne que pour éviter les doubles dépenses, le dollar numérique qu’elle propose utiliserait la technologie des grands livres distribués ou des systèmes « inspirés » des DLT, ce qui indique qu’il ne sera associé que vaguement à tout ce qui est en chaîne.

Un système à deux niveaux

Le document propose qu’un dollar symbolique suive le modèle existant de distribution à deux niveaux de l’argent physique.

Dans le système actuel, la Réserve fédérale produit des espèces et les distribue à des institutions financières intermédiaires, qui les envoient ensuite aux particuliers et aux entreprises.

« Les banques commerciales (et potentiellement d’autres intermédiaires réglementés ayant accès à la Fed) échangeraient leurs réserves contre des dollars numériques à distribuer aux utilisateurs finaux, comme elles le font actuellement lorsqu’elles émettent des espèces physiques aux clients par le biais des distributeurs automatiques », indique le document.

Vie privée

Le respect de la vie privée est une préoccupation majeure pour ceux qui utilisent tout type de système de paiement numérique, car il permet à Big Brother de suivre facilement les dépenses. Après tout, l’un des avantages de l’argent liquide est son anonymat.

Le document pèse les deux côtés de l’équation mais ne donne pas beaucoup de détails sur la façon dont il traitera le problème. Il reconnaît qu’un système totalement anonyme permettrait des activités illicites. En attendant, personne ne veut d’un système totalement transparent dans lequel sa vie financière serait exposée.

Au lieu de proposer une solution, le document souligne le quatrième amendement, qui « exige clairement que les saisies et les perquisitions de « papiers et effets » ne soient pas « déraisonnables » », laissant ainsi le problème entre les mains du gouvernement.

Inclusion financière

Le projet réitère une promesse qui est populaire auprès de nombreuses monnaies numériques, y compris le projet Libra proposé par Facebook : l’inclusion financière des populations non bancarisées.

Selon l’enquête de la FDIC de 2017, environ 14 millions d’adultes américains n’ont pas de compte bancaire.

« La réduction des coûts du système et les portefeuilles numériques liés à la garde de dollars numériques symboliques peuvent présenter des avantages par rapport aux comptes bancaires traditionnels en termes d’élargissement de l’accès aux populations mal desservies », indique le document.

Prochaines étapes

La prochaine étape du projet consiste à construire et à tester son système dans le cadre d’une série de programmes pilotes.

Les cas d’utilisation sont définis comme faisant partie soit des paiements nationaux, soit des paiements internationaux, soit des prestations gouvernementales et vont des paiements directs entre pairs à l’octroi d’aides gouvernementales en réponse à des catastrophes.

Plusieurs autres pays explorant les CBDC sont passés à l’étape des projets pilotes. Récemment, la Banque populaire de Chine a commencé un procès avec son CBDC avec la Banque agricole de Chine.

Une poignée d’autres banques centrales mènent des projets pilotes pour les CBDC. Dans les Caraïbes, la Banque centrale des Bahamas et la Banque centrale des Caraïbes orientales ont mis en place des projets pilotes. Les banques centrales de Suède et d’Uruguay développent ou mettent en œuvre des projets pilotes.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Articles Similaires