L'Atlantic Women's Venture Fund lance un fonds inaugural, Danielle Graham le rejoint en tant que directrice de l'investissement


L’Atlantic Women’s Venture Fund (AWVF) a officiellement lancé son fonds inaugural alors que le groupe cherche à s’attaquer de front au déséquilibre existant entre les sexes dans l’écosystème du capital-risque au Canada.

« Les femmes entrepreneurs génèrent plus de revenus et plus de profits, et j’ai toutes les données pour le prouver ».

Parallèlement au lancement du fonds, l’AWVF a également annoncé que Danielle Graham, anciennement de Dream Maker Ventures, s’est jointe à elle pour jouer un rôle de premier plan dans les activités d’investissement du fonds. Graham devrait officiellement rejoindre Sandpiper à partir du 1er juin.

Le fonds, appelé Sandpiper Venture, ciblera les femmes entrepreneurs en phase de démarrage dans le domaine des technologies à travers le Canada « comme une décision commerciale proactive et rentable ».

« En tant qu’économie, nous passons à côté du potentiel ou de l’innovation », a déclaré M. Graham dans une interview accordée à BetaKit. « Les femmes entrepreneurs génèrent plus de revenus et plus de profits, et j’ai toutes les données pour le prouver… nous avons obtenu de nombreux points de données qui montrent à quel point la situation est problématique en ce moment [that women receive less investment capital than men].”

Sandpiper est fondé par un groupe de neuf entrepreneurs, investisseurs et dirigeants de premier plan (en plus de Graham), qui ont chacun investi dans le fonds et font partie de son comité consultatif.

Danielle Graham, directrice des investissements, Sandpiper Ventures.

L’équipe d’investissement de Sandpiper est composée de Rhiannon Davies, ancien vice-président et directeur du conseil d’administration de GrandVision N.V., Sarah Young, associée directrice de la société de relations publiques National, et Cathy Bennet, ancienne ministre des finances de Terre-Neuve-et-Labrador. Les trois femmes ont toutes investi personnellement dans Sandpiper et seront les partenaires généraux du fonds, prenant les décisions d’investissement aux côtés de Graham, qui sera le directeur des investissements.

Parmi les autres investisseurs notables de Sandpiper, citons Amy Risely, PDG de Skinfix, Shannon MacDonald, directrice générale d’Accenture Canada, et Nicole LeBlanc, directrice des investissements et des partenariats chez Sidewalk Labs, entre autres.

L’AWVF a travaillé au lancement de Sandpiper au cours de l’année dernière, avec un objectif de 20 millions de dollars. Le fonds cherche à lever des capitaux auprès d’investisseurs privés et publics et, à ce jour, il a atteint 50 % de son objectif en matière de capitaux privés. Bien que Mme Davies ne confirme pas le montant en dollars levé, elle a déclaré à BetaKit qu’il est inférieur à 10 millions de dollars. Sandpiper est toujours en train de collecter des fonds pour atteindre son objectif.

Mme Davies, qui a également cofondé l’AWVF, a déclaré à BetaKit que le groupe essayait de créer une plateforme pour engager les femmes comme fondatrices, investisseurs et mentors. Sandpiper, a-t-elle expliqué, est le fonds inaugural de cette plateforme, avec l’intention de fournir une base avec suffisamment de capital pour « faire une différence ».

RELATIVES : Le gouvernement canadien engage 15 millions de dollars dans le cadre du programme COVID-19 de soutien aux femmes entrepreneurs

« Pour nous, en général, il s’agit vraiment d’encourager la diversité et de créer de meilleures entreprises et non pas de créer un écosystème parallèle qui est toutes les femmes pour les femmes », a-t-elle déclaré. « Mais le simple fait de reconnaître que la diversité permet de prendre de meilleures décisions, et si vous avez différents points de vue autour de votre table de gestion, vous allez créer de meilleures entreprises ».

Le groupe à l’origine de l’AWVF est actif dans l’espace entrepreneurial et technologique du Canada atlantique depuis un certain temps, par le biais de la programmation et de l’investissement providentiel. M. Graham a souligné que l’équipe entièrement féminine derrière Sandpiper est déterminée.

« C’est une équipe entièrement féminine, et c’est ce qui la rend unique. »
– Danielle Graham, Sandpiper Ventures

« C’est une équipe entièrement féminine, et c’est ce qui est unique », a-t-elle déclaré à BetaKit. « Nous avons des femmes chefs d’entreprise incroyables [backing Sandpiper] qui ont fait preuve de leur perspicacité au sein de multiples industries. [They have] C’est une communauté déjà bien établie, et nous voulons permettre à la prochaine génération de femmes de diriger cette entreprise ».

Alors que les investissements dans les fondateurs et les entreprises dirigées par des femmes, qui sont sous-représentés, ont augmenté au cours des dernières années, les femmes entrepreneurs et les sociétés de capital-risque continuent à recevoir beaucoup moins de capitaux que leurs homologues masculins.

Selon un rapport de la Banque de développement du Canada (BDC) datant de 2019, les femmes représentent 28 % de tous les entrepreneurs au Canada. Cependant, d’autres statistiques montrent qu’elles n’ont levé que 4 % des fonds de capital-risque disponibles l’année dernière.

En ce qui concerne les femmes dans l’espace du capital-risque, le nombre de femmes dans des rôles de partenaires a augmenté au cours de l’année dernière, cependant, les fonds dirigés par des femmes n’ont reçu que 15 % des fonds de capital-risque disponibles au Canada.

RELATIVES : StandUp Ventures clôt ses activités et obtient 21 millions de dollars pour un fonds destiné aux femmes

M. LeBlanc a déclaré à BetaKit que l’une des « choses les plus excitantes » qui est ressortie de la construction de Sandpiper est l’engagement actif des femmes chefs d’entreprise dans la région du Canada atlantique qui n’ont peut-être pas participé traditionnellement à l’écosystème de la création ou de l’innovation.

« C’est quelque chose qui a vraiment attiré leur attention et ils vont maintenant participer au fonds, ils peuvent maintenant être conseillers et membres du conseil d’administration des start-ups, ils peuvent maintenant participer plus activement », a-t-elle déclaré.

« Soutenir les femmes entrepreneurs n’est pas anti-hommes », a ajouté M. Graham. Il s’agit simplement de dire « nous sommes connectés à ce niveau et vous savez quoi, c’est normal que les hommes se connectent entre eux ». Nous avons juste besoin de plus d’engagement ».

Sandpiper prévoit d’investir dans des opérations de pré-ensemencement et d’ensemencement, en émettant des chèques de 250 000 à 500 000 dollars. Avec un objectif de 20 millions de dollars, Sandpiper espère conclure 35 à 40 accords, en gardant environ 50 % pour les investissements de suivi. Le fonds prévoit d’investir dans des entreprises dirigées par des femmes qui ont une part égale de capitaux propres au niveau du fondateur.

M. Graham a déclaré à BetaKit Sandpiper qu’il envisageait de fermer le fonds et de commencer à investir dans les trois à six prochains mois. Elle a toutefois fait remarquer qu’étant donné les difficultés économiques auxquelles sont actuellement confrontées les start-ups canadiennes autour de COVID-19, Sandpiper est prêt à fermer plus tôt afin de fournir un soutien financier, de manière à ne pas « perdre de précieuses entreprises » qui sont actuellement en difficulté à cause de la pandémie.

Graham rejoint l’AWVF après avoir été directrice de Dream Maker Ventures. Elle a rejoint l’an dernier ce qui est la branche d’investissement de Dream Maker Inc. qui cherche à lever un fonds de diversité de 75 millions de dollars. Alors qu’elle était à Dream, Mme Graham a participé au lancement du Dream Network, une initiative destinée à mettre en relation les fondateurs sous-représentés avec des possibilités d’investissement potentielles, ainsi que de l’initiative Diversity Program de la Dream Legacy Foundation.

La Dream Legacy Foundation a récemment reçu le soutien de Microsoft pour Startups Canada afin d’aider divers fondateurs de l’écosystème technologique canadien.

RELATIVES : Leçons tirées de huit jours d’événements technologiques à l’occasion de la Journée internationale de la femme

Concernant sa décision de déménager à Sandpiper, Graham a déclaré à BetaKit, « sans femme [in a company leadership role]Pour moi, quel impact réel ai-je ? Je l’ai toujours défini ainsi, et Sandpiper et l’Atlantic Women’s Venture Fund m’ont permis de débloquer ce capital [so] que je peux maintenant investir directement dans les types de fondateurs avec lesquels je veux travailler depuis que j’ai commencé ».

Graham, qui a également fondé la première série d’accélérateurs et de bootcamp axés sur les femmes au Canada, Fierce Founders, a également contribué récemment au lancement du réseau de fonds ArchAngel. Ange investisseur actif, Graham continuera à servir de partenaire de risque pour l’un des fonds du réseau.

Juste avant d’annoncer le lancement de Sandpiper, l’AWVF a contribué à lancer une initiative aux côtés de la plateforme d’investissement providentiel The51, basée à Calgary. Baptisée Canada51, en référence au fait que les femmes représentent 51 % de la population mondiale, l’initiative vise à créer un collectif national officiel d’organisations et d’individus soutenant les femmes entrepreneurs dans tout le pays.

« Il est temps pour nous d’investir dans ce qui nous ressemble », a déclaré Shelley Kuipers, co-fondatrice de The51, à l’époque. « Nous savons que nous pouvons transformer l’économie canadienne au cours de cette décennie et au-delà, et notre partenariat avec [the Atlantic Women’s Venture Fund] est essentiel pour assembler cette prochaine vague économique ».

Bien que Sandpiper soit basée dans le Canada atlantique, elle prévoit d’investir dans des entreprises dirigées par des femmes dans tout le pays. M. Graham a souligné à BetaKit que même si Sandpiper est un fonds dirigé par des femmes, il « invite les personnes de tous les sexes à investir en tant que commanditaires ».



Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Articles Similaires