L’année 2018 se clôture en beauté pour Tesla

0
363

Mercredi, Tesla a publié un gros bénéfice trimestriel, une première depuis 2016 et la réalisation de la prophétie du PDG Elon Musk selon laquelle le constructeur ferait sensation dans le marché en 2018. La société a en effet réalisé 312 millions de dollars. Mais plus important encore, il a généré des recettes de près de 7 milliards de dollars, ce qui représente une augmentation considérable du chiffre d’affaires, qui avait évolué de manière très prévisible d’environ 200 millions de dollars par trimestre. Le bond de 3 milliards de dollars pour le troisième trimestre étant ainsi franchement renversant.

Des profits dépassant tout autre constructeur américain

En hausse de 12% à un moment donné en début de séance, la hausse des actions a ajouté jusqu’à 6 milliards de dollars à la valeur marchande de Tesla, limitant les quelques mois tumultueux à la société et à son directeur général, Elon Musk. Les actions de Tesla ont atteint un record en août, mais ont régressé alors que Musk était poursuivi en justice par des vendeurs à découvert et des régulateurs américains pour avoir tweeté, puis abandonné rapidement, un projet de privatisation de la société.

Plus que le résultat final, les attentes des analystes ont été largement dépassées. Si on retire ainsi les ventes de crédits «zéro émission», environ 50 millions de dollars, Tesla gagne environ 260 millions de dollars. Pour donner une idée de l’échelle, Ford a également annoncé mercredi des bénéfices pour le troisième trimestre, réalisant un bénéfice de près de 2 milliards de dollars sur une base non conforme aux PCGR pour un chiffre d’affaires de près de 38 milliards de dollars. Il a perdu près de 200 millions de dollars sur sa nouvelle unité de mobilité. Ainsi, sur une seule division, Ford perd quelque chose dans le stade approximatif de ce que Tesla réalise sur l’ensemble de ses activités.

Les profits vont et viennent, mais les revenus sont éternels

Lors d’une téléconférence après l’annonce des résultats, Musk a indiqué que les bénéfices pourraient ne pas être aussi impressionnants à l’avenir. Par exemple, Tesla doit faire face à un remboursement de sa dette convertible au premier trimestre, ce qui représente plus de 900 millions de dollars. Elle doit également faire face à des milliards d’investissements en gestation, notamment la construction d’une nouvelle usine en Chine, et le lancement d’un crossover SUV.

La meilleure nouvelle, c’est qu’un océan d’argent qui arrivera à la porte aidera Tesla à sortir de ses contraintes actuelles. Le secteur automobile est extrêmement coûteux. Des dizaines de milliards de dollars ne représentent en réalité rien pour un grand constructeur automobile.
Il était en fait assez facile de voir la flambée des revenus à venir. Pendant la majeure partie de son histoire, Tesla était une entreprise qui construisait moins de 50 000 véhicules par an. L’année dernière, il a atteint 100 000, et entre 200 000 et 300 000 sont maintenant à portée de main. Si la demande ne s’effondre pas, 500 000 personnes devraient arriver d’ici un an ou deux.

Tesla devrait avoir une marge nette positive sur ce volume de production, mais plus important encore, la quantité d’argent qui s’écoule dans la société devrait être considérablement plus élevée que jamais, en particulier parce que les produits à venir auront tous un prix élevé, au moins pour commencer.

Tesla est un micro-monopole

La seule question potentiellement délicate soulevée par cette évolution est que Tesla agit clairement comme un micro-monopole. Le marché des véhicules électriques est infime, il ne représente qu’environ 1% des ventes mondiales, et Tesla en constitue l’essentiel. La société utilise son pouvoir de fixation des prix pour satisfaire ses besoins en capital et, en l’absence de toute concurrence significative, les consommateurs ne peuvent rien faire à ce sujet. C’est peut-être acceptable à court terme car Tesla a besoin d’un monopole pour rester en vie, mais à plus long terme, Tesla ne peut être le seul à trouver profit sur ce marché qui pourrait connaître une forte croissance dans les années à venir.

L’industrie automobile est la plus compétitive de la planète et aux États-Unis, les consommateurs ont énormément profité d’un large éventail de choix.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here