L’agence numérique House of Kaizen rebaptisé Daydot au Royaume-Uni

0
86


L’agence numérique House of Kaizen a annoncé qu’elle avait rebaptisé Daydot au Royaume-Uni, car elle se séparait de ses activités américaines qui conserveront le nom de House of Kaizen.

Basé à Londres, Daydot est une agence indépendante d’optimisation de l’expérience numérique qui se spécialise dans la génération de revenus récurrents qui libèrent la croissance de ses clients. Il est dirigé par le fondateur et PDG David Shiell, qui était également PDG et co-fondateur de House of Kaizen.

La rupture avec son homologue américain a vu l’agence passer à Daydot pour s’assurer qu’elle continue de relever les défis auxquels sont confrontés ses clients dans l’espace numérique et technologique en évolution rapide, ainsi que de fournir des solutions pour naviguer dans les changements de sentiment des consommateurs largement motivés par COVID-19[FEMININE

«Nous n’avons jamais hésité à faire la transition de nos services en fonction des besoins du marché – parfois une nouvelle image de marque pour soutenir notre repositionnement et notre innovation continue – pour nous assurer d’offrir les meilleurs services et conseils aux marques. Avec un héritage de 17 ans dans le marketing numérique, nous avons parcouru un certain nombre d’évolutions, y compris Web Liquid Group, House of Kaizen, ARC Science Programmatic et maintenant – Daydot », a déclaré David Shiell, fondateur et PDG de Daydot.

«La séparation de nos collègues américains est due à l’évolution des demandes des clients sur différents marchés et à l’évolution naturelle des deux activités. Nous continuerons à travailler en étroite collaboration les uns avec les autres là où nous avons partagé des clients et sur de futurs projets en cas de besoin », a-t-il ajouté.

Daydot se concentre sur l’utilisation de stratégies d’optimisation de l’expérience client et de livraison pour les marques de commerce électronique et d’abonnement. L’agence cherche à offrir des avantages économiques clairs en réduisant les coûts d’acquisition et le taux de désabonnement des clients, créant ainsi des clients hautement engagés et fidèles; maximisant ainsi la valeur à vie du client. Cela est possible grâce à la recherche approfondie des clients de Daydot, aux cadres de conseil en expérience client éprouvés et aux services d’expérimentation de bout en bout. Cela se traduit par la fourniture d’expériences client transformatrices tout au long du cycle de vie du client.

L’agence continuera à travailler avec des clients dans divers secteurs, notamment: le Wall Street Journal (WSJ), Barron’s, Hearst UK, 118 118 Money, Shelter UK, RSPB et BlackBerry Cylance.

«Le nouveau nom est un clin d’œil à nos années d’expertise dans le numérique, littéralement depuis le jour, et reflète également notre promesse de découvrir des opportunités, de comprendre les clients de nos clients et de créer des expériences numériques qui déclenchent la croissance», a poursuivi Shiell.

«Avec Daydot, nous avons considérablement fait évoluer notre proposition et nos services pour aider nos clients à maîtriser et à surmonter les défis auxquels ils sont confrontés, qu’il s’agisse de l’évolution rapide des attitudes des consommateurs ou de la question de plus en plus complexe de l’unification de l’écosystème numérique dans lequel ils fonctionnent. En interrogeant les données commerciales critiques et les informations sur l’audience, associées à notre compréhension supérieure des parcours des abonnés numériques, du commerce électronique et de la technologie de l’expérience client, nous créons et déployons des expériences innovantes et personnalisées qui correspondent aux objectifs commerciaux de nos clients. Cela aboutit à des modèles de revenus améliorés, durables et récurrents au sein d’une culture d’expérimentation.

«En stimulant les acquisitions et en réduisant le taux de désabonnement, nous maximisons la valeur de la durée de vie des clients pour offrir de gros avantages économiques aux marques de tous les secteurs, et pas seulement sur le marché actuel très difficile, mais sur le long terme», a conclu Shiell.

tout savoir sur la crypto