L’affaire Facebook : entre amende importante et agacement des juridictions

0
381

Comme nous le disions dans un précédent article, 50 millions d’utilisateurs ont été victimes vendredi dernier d’une faille dont Facebook a lui-même était victime. Période sombre pour le géant américain puisque depuis la semaine dernière les drames se multiplient. Après cette attaque, les possibles applications tierces dont pourraient être affectés les utilisateurs ayant un Login Facebook, le compte du patron piraté il est fort à parier que l’Union européenne lui inflige une amende pouvant aller jusqu’à plus de 1,60 milliard de dollars.

De lourds dommages financiers

L’union européenne pourrait très probablement soumettre le réseau social à une amende pouvant aller jusqu’à 4% du chiffre d’affaires soit 1.60 milliards de dollars, amende nettement supérieure à celle qu’a dû payer Facebook lors des précédents désagréments. Même si le géant du web a joué la carte de l’honnêteté en mettant au courant ses utilisateurs, la justice elle est largement moins indulgente.

La violation du RGPD de mai

La vie privée des utilisateurs pourrait encore une fois avoir été violé (cette fois à son insu) par Facebook. Cette action constituerait la violation de la législation européenne selon le Wall Street Journal. Les juridictions sont sur le dossier et mette vraisemblablement la pression à la victime du hack. En effet, il a été demandé par la Commission irlandaise de la protection des données, de plus amples informations concernant l’importance du hack afin de connaître la portée des dégâts et par conséquent si le Règlement Général pour la Protection des Données (aussi connu sous le nom de la fameuse RGPD) de Mai a été violé.

Une réglementation claire, nette et précise

A noter que cette réglementation souligne que toutes les organisations qui ne mettent pas tout en œuvre pour protéger les données des utilisateurs de leurs services sont soumis à une amende pouvant aller jusqu’à 4% du chiffre d’affaires de l’entreprise. En ce qui concerne Facebook, le montant pourrait donc être, après avoir fait un simple calcul de 1.6 milliard de dollars.

De plus, les organismes de réglementation concernés doivent avoir été avisés par les entreprises ayant enfreint la RGPD sous 3 jours sous peine de s’exposer à une nouvelle amende : celle de 2% de leurs chiffres d’affaires annuel global. Facebook a informé la Commission de protection des données de l’attaque qu’elle a subi, cependant les informations n’ont pas été détaillées dans le rapport qu’a fourni la compagnie.

Le montant quant à lui n’a toujours pas été confirmé puisque la violation de la vie privée des utilisateurs n’a pas été confirmé. Toujours est-il que même si cela venait à être vérifié, il n’est pas certain que l’entreprise ait à payer une amende. En revanche, ce qui est certain c’est que des français comptent parmi les 50 millions de comptes piratés sur le réseau… On s’y attendait tout de même…

Des français concernés par l’attaque du code

Dimanche dernier, le secrétaire d’Etat chargé du numérique, Mr Mounir Mahjoubi, a indiqué que‘’ Des comptes français sont concernés’’. Et ce qui est drôle sans être étonnant vu le nombre d’utilisateur Facebook c’est que lui-même a dû être déconnecté d’urgence. Mr Mahjouni s’est inquiété de savoir si des comptes français avaient été touchés, il s’est donc rapproché du géant américain afin d’avoir des réponses à ses questions concernant le pillage de données. ‘’ Aujourd’hui, ils me disent qu’ils ne sont pas capables de répondre’’ a-t-il déclaré. Ce manque d’information a déplu à l’homme de droit, considérant que ceci n’était pas une réponse exploitable. Ayant été victime de la déconnexion le secrétaire d’Etat a eu la preuve que des français ont été touché.

Un appel à la vigilance sur le web

Mécontent de la réponse de Facebook, agacé par le traitement des données des français, il a fait appel auprès des citoyens à être extrêmement vigilants. Il a déclaré au site de Franceinfo que ‘’ Cette faille apporte la démonstration que ces plateformes ne sont pas des coffres forts. On a trop souvent cru de façon naïve que tout ce qui se passait sur Internet était sans danger, mais on se rend bien compte aujourd’hui qu’il est urgent d’avoir la maîtrise de ses données.’’ Mr Mahjoubi a invité les français à ‘’ Passer en revue l’ensemble des données personnelles et supprimer tout ce qu’ils n’aimeraient pas voir tomber dans le domaine public. Il est raisonnable d’envisager qu’un jour, toutes nos données postées sur ce type de plateformes puissent fuiter. À nos concitoyens de s’assurer qu’ils n’y laissent pas de choses qui pourraient être sensibles. C’est à chacun de maîtriser ce qu’il met à disposition de ces services.’’ a t-il ajouté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here