La Russie cherche à renverser l'interdiction de Telegram en raison d'une réaction au coronavirus

Alors que la Russie s’efforce d’apporter son La crise des coronavirus sous contrôle.  Les fonctionnaires ont proposé de lever l’interdiction du gouvernement sur les applications de messagerie cryptée Telegram, site d’information local kommersant.ru a fait l’objet d’un rapport mercredi.

Elle intervient après des années d’efforts infructueux du Kremlin pour bloquer l’application de messagerie populaire, et est une indication de l’ampleur de la pandémie de coronavirus en Russie. En effet, les autorités elles-mêmes ont eu recours à la diffusion d’informations vitales sur la maladie sur Telegram.

“[A] Une nouvelle interdiction déclarative du messager porte atteinte au prestige de l’autorité de l’État, et non au développement du télégramme », a soutenu un projet de loi rédigé par deux parlementaires. « Il existe un grand nombre de services gratuits qui nous permettent de contourner facilement l’interdiction. »

Le Kremlin lutte pour bloquer Telegram

Le projet de loi – envoyé au bureau du Premier ministre et au ministère des communications – témoigne de l’incapacité du Kremlin à interdire telegram, malgré tous ses efforts.

L’application est un choix populaire pour la communication en Russie, où sa technologie cryptée permet aux gens de s’envoyer des messages sans que le gouvernement ne les fouine, et aux organisateurs de manifestations d’agir en toute quasi-impunité.

Le télégramme est d’abord tombé aux mains des autorités après que son fondateur Pavel Durov (le Russe Mark Zuckerberg) ait refusé de divulguer les clés de cryptage aux services de sécurité, et ait ensuite été contraint de fuir la Russie.

Les premières tentatives d’interdiction du Telegram par les autorités ont été ridicules. Des pans entiers du web, des boutiques en ligne, des services – même la vente de billets du musée du Kremlin – ont été bloqués par inadvertance, tandis que le public a rapidement accédé à l’application de messagerie par le biais des VPN (réseaux publics virtuels) et des manifestants a fait une icône de Durov.

Les autorités doivent maintenant mettre en balance l’appel dissident de l’application avec sa portée en diffusant des informations vitales sur la pandémie.

Les problèmes de la pandémie de Poutine

La Russie, à ce jour, a n’a fait état que de 555 décès à cause du coronavirus ; le Kremlin est accusé de masquer les épidémies dans les régions éloignées. Les images d’ambulances faisant la queue pendant neuf heures pour atteindre les hôpitaux sapent l’image d’un une pandémie en cours.

Entre-temps, les plans visant à délivrer aux travailleurs des laissez-passer numériques, afin d’assouplir la fermeture de quatre semaines, ont été accueillis avec suspicion et la crainte que les autorités exploiter les données personnelles.

Le président Poutine s’est forgé une image basée sur l’ordre, la prospérité et la stabilité. Pourtant, les gouvernements régionaux ne peuvent offrir que 3 000 roubles (40 dollars) en une seule fois à ceux qui ont perdu leur emploi à cause du verrouillage.

« L’État russe paternaliste… ne peut pas mettre en œuvre ses promesses. Il ne peut pas aider les gens, il ne peut pas aider les entreprises », Andreï Kolesnikov du groupe de réflexion Moscow Carnegie Centre a déclaré à la BBC.

Les cas de coronavirus dans Les régions de Russie se développent à un rythme plus rapide qu’à Moscou. Lundi, des centaines de personnes de la ville de Vladikavkaz, dans le sud du pays, sont venues manifester contre le verrouillage de la circulation. Certains utilisaient sans doute le télégramme.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Articles Similaires