La bourse de New York est dans le rouge, à cause du Nasdaq !

Ce début de semaine, la bourse de Wall Street finit sa journée en chute, affaiblie par la dépréciation des valeurs technologiques. L’indice du Nasdaq a, en effet, enregistré une diminution de 350 points, ou de 2,55%, à 13 401 points. Une situation qui se qualifie par être la plus forte baisse du Nasdaq en une seule séance depuis la mi-mars.

Intel Corporation (NASDAQ:INTC) est le moins performant de la séance, perdant 2,90% ou 1,67 points pour clôturer à 56,00. Visa Inc Class A (NYSE:V) a reculé de 2,65% ou 6,15 points pour clôturer à 225,97. Quant à Apple Inc (NASDAQ:AAPL), il a perdu 2,57 % ou 3,35 points pour clôturer à 126,86.

La baisse fulgurante des valeurs de l’industrie technologique

Les géants de la tech, qui ont vu leurs valeurs flamber en 2020 grâce au confinement, dérapent depuis le début de l’année. Ce qui entraîne l’indicateur financier du Nasdaq à la chute récurrente. L’une des raisons pour expliquer ce fiasco est la mise en garde contre une augmentation des taux d’intérêt. Cela vient directement de la secrétaire au Trésor dans les Etats-Unis, Janet Yellen, lors du “Future Economy Summit de The Atlantic” en lundi dernier. Elle affirme que « Il se peut que les taux d’intérêt doivent augmenter quelque peu pour s’assurer que notre économie ne surchauffe pas ».

En outre, l’analyste financier Chris Harvey, suggère que les investisseurs vont commencer à se détourner des valeurs technologiques ce mois-ci. Selon lui, les investisseurs devraient se détourner des grandes valeurs technologiques pour favoriser la performance du marché.

Dow Jones recule de 35 points

Dans un retournement de la situation, l’indice du Dow Jones a faibli juste avant la clôture. Pourtant, il était en hausse presque toute la journée du 10 mai et restait sur trois records consécutifs.

Les craintes des marchés mondiaux

Les principaux marchés boursiers mondiaux sont saisis par la peur d’une remontée persistante de l’inflation, qui pourrait conduire les grandes banques centrales à restreindre leur politique monétaire avant que la relance économique ne soit suffisamment vigoureuse.
Cette crainte, exacerbée par l’attente des chiffres mensuels des prix à la consommation aux États-Unis qui seront publiés mercredi, est particulièrement préjudiciable aux valeurs de croissance, technologie en tête, qui sont les plus sensibles aux variations des taux d’intérêt, principalement en raison de leurs valorisations élevées.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires