La BEAC réclame l’adoption d’une monnaie numérique uniforme et le développement d’un cadre réglementaire crypto.

Le conseil d’administration de la Banque des États d’Afrique (BEAC) a exhorté les autorités financières régionales à créer une monnaie numérique unifiée pour servir la région. En outre, elle demande l’établissement d’un cadre réglementaire pour les crypto-monnaies. La banque régionale a déclaré aussi son opposition à l’adoption du Bitcoin en République Centrafricaine.

Focus sur les demandes de BAEC

Pour rappel, la banque dessert la République centrafricaine, le Cameroun, la République démocratique du Congo, le Gabon, le Tchad et la Guinée équatoriale.

Son conseil d’administration a envoyé un e-mail à la Banque à la suite de la réunion à Dura, au Cameroun, selon Bloomberg. Le président du conseil d’administration, Hervé Ndoba, a signé le courriel appelant à une création d’une monnaie numérique uniforme. Il a également exhorté les banques régionales à développer un cadre de réglementation des crypto-monnaies.

L’avis intervient étonnamment après que la banque centrale se soit fermement opposé à la décision de la République Centrafricaine RCA d’adopter le bitcoin comme monnaie légale. L’Union monétaire régionale a affirmé que cela « n’est pas conforme aux accords et aux conventions régissant l’Union monétaire centrafricaine et à la réglementation de la République Centrafricaine ». Cependant, malgré les critiques des organismes internationaux, la RCA va de l’avant avec ses plans BTC.

Voir aussi : Taïwan envisage d’interdire l’utilisation des cartes de crédit pour l’achat des crypto-monnaies.

Les pays africains plutôt crypto-friendly

L’adoption des crypto-monnaies en Afrique a augmenté au cours des dernières années. Cela après que de plus en plus de pays luttent contre l’inflation et que leurs monnaies nationales continuent de se déprécier. Le continent africain est devenu l’un des marchés à la croissance la plus rapide pour l’adoption des actifs numériques.

Selon un rapport de KuCoin, les transactions de crypto-monnaie en Afrique augmenteront de 2,670 % en 2022. Un autre rapport montre que les Nigérians sont les plus susceptibles d’acheter des jetons non-fongibles en 2022.

Des pays africains tels que le Ghana, le Nigeria et l’Afrique du Sud travaillent sur des projets de monnaie numérique de banque centrale (CBDC). La Banque centrale du Nigéria a lancé le projet eNaira en octobre 2021. Bien qu’il n’y ait pas de rapports officiels sur son utilisation, l’utilisation d’eNaira a été faible. Par ailleurs, la South African Reserve Bank envisage également de développer une CBDC. Cependant, elle n’a pas encore pris une décision ferme. 

Les pays d’Afrique subsaharienne devront cependant faire face à une infrastructure Internet et à une électricité insuffisante pour adopter les crypto-monnaies à plus grande échelle.

Bonus : Le Royaume-Uni déploie un projet de loi pour réglementer les paiements en stablecoins.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires