Facedrive cherche à acquérir les actifs de Foodora Canada alors qu'elle lance un service de livraison de nourriture


L’entreprise Facedrive, basée à London, en Ontario, a signé une feuille de conditions contraignantes qui pourrait voir la start-up de covoiturage acheter certains actifs de la société de livraison de nourriture Foodora Canada, qui a récemment cessé ses activités au Canada.

« Cela offre une incroyable opportunité de croissance pour élargir notre base géographique, d’utilisateurs et technologique au niveau mondial ».
– Sayan Navaratnam, Facedrive

Suite à l’annonce de son départ du Canada, Foodora Canada a entamé une procédure de faillite à la fin du mois d’avril, déclarant une dette de 4,7 millions de dollars canadiens envers les restaurants et les créanciers. La société a officiellement cessé ses activités le 11 mai.

Selon les conditions de la feuille de conditions contraignante, Facedrive aurait accès à 5 500 partenaires de restaurants précédemment servis par Foodora Canada, ainsi qu’aux clients de Foodora Canada, ces derniers étant soumis au consentement du client.

L’achat n’est pas encore définitif. Suite à la négociation du contrat d’achat et à l’approbation du tribunal, Facedrive a déclaré qu’il s’attendait à ce que la transaction soit conclue dans les 45 jours. Facedrive a ajouté, « [there] ne peut pas garantir que la transaction sera réalisée dans les conditions prévues dans la fiche de conditions, ni même qu’elle le sera ».

Facedrive, qui se présente comme le premier réseau canadien de covoiturage d’égal à égal, écologique et socialement responsable, vise à compenser les émissions de carbone en plantant des arbres et en donnant aux conducteurs le choix entre les véhicules électriques, les hybrides et les véhicules conventionnels.

RELATIVES : Ritual, la ville de Toronto s’associe pour fournir un outil de commande gratuit aux entreprises locales de restauration

Facedrive s’est développé dans de nouveaux secteurs verticaux pendant la pandémie COVID-19. La start-up a récemment lancé Facedrive Foods, une plateforme de livraison de nourriture reliant les résidents aux entreprises de restauration.

Facedrive a fait remarquer que sa plateforme alimentaire a été créée spécifiquement dans l’intention de soutenir les résidents, les entreprises et les conducteurs pendant la pandémie. Le démarrage a permis de supprimer les frais pour les restaurants pendant que la plateforme est testée à Toronto et à Londres.

« Le contrat avec Foodora Canada arrive au moment idéal pour Facedrive », a déclaré le président et directeur général de Facedrive, Sayan Navaratnam. « Le lancement de Facedrive Foods s’inscrit dans la vision de Facedrive de devenir la plateforme de guichet unique pour les utilisateurs éco-conscients et socialement responsables ».

Parmi les autres initiatives récentes de Facedrive, citons un service de livraison de fournitures médicales, une application de recherche de contacts et un marché proposant des produits et services provenant de sources durables. La nouvelle suit également plusieurs semaines après que Facedrive ait acquis l’intégralité de HiRide, une application de covoiturage et d’autopartage.

RELATIVES : Facedrive en partenariat stratégique avec Will Smith, la société de contenu de Jada Pinkett Smith

« Un écosystème complet avec des services de covoiturage, de livraison, de divertissement, de jeux et des composantes sociales, le tout sur une seule plateforme, est la quintessence de la commodité avec l’énorme avantage supplémentaire d’être vert », a ajouté M. Navaratnam. « Cela offre une incroyable opportunité de croissance pour élargir notre base géographique, d’utilisateurs et technologique au niveau mondial ».

Foodora Canada a cité un « marché hautement saturé » comme raison de son départ. Cependant, l’annonce est intervenue deux mois après que les travailleurs de Foodora Canada à Toronto se sont vu accorder le droit de se syndiquer par la commission provinciale du travail.

Selon un article du Toronto Star, le Syndicat canadien des travailleurs postaux a déposé une plainte auprès de la commission provinciale du travail, alléguant que Foodora quittait le pays parce qu’elle voulait « faire échouer une campagne de syndicalisation ».

Foodora Canada a débuté sous le nom de Hurrier, une startup basée à Toronto, qui a été rachetée par la société Foodora, détenue par Rocket Internet, en 2016 et qui a ensuite été rebaptisée. Le service était disponible dans dix villes canadiennes avant son retrait du pays.

Image source Wallpaper Flare



Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Articles Similaires