Facebook publie une étude sur l’impact de la comparaison sociale sur la santé mentale

0
117


Facebook a commandé une étude sur l’impact psychologique de la comparaison sociale, qui peut être déclenchée par ce que les gens voient sur les médias sociaux.

L’utilisation des médias sociaux continue d’augmenter alors qu’une grande partie de la population reste sous les ordres de « stay at home ».

Dans ce contexte, il est important de comprendre les effets que les médias sociaux peuvent avoir sur notre santé mentale.

Les chercheurs Moira Burke, Justin Cheng et Bethany de Gant, spécialistes de Facebook, ont examiné si les médias sociaux n’aggravent pas la comparaison avec les autres.

Les résultats de leur étude, qui a impliqué 37 000 personnes de 18 pays, viennent d’être publiés dans un rapport détaillé.

Les chercheurs de Facebook estiment qu’il s’agit peut-être de la « plus grande enquête sur la comparaison sociale jamais réalisée ».

Voici quelques-unes des principales conclusions de l’étude.

Objectifs de l’étude de comparaison sociale de Facebook

L’étude de Facebook sur la comparaison sociale a cherché à répondre aux questions suivantes :

  • Quelle est la fréquence des comparaisons sociales sur Facebook ?
  • Qui vit plus que d’autres la comparaison sociale ?
  • Quels types d’expériences aggravent la comparaison sociale ?

L’objectif de l’entreprise est d’utiliser les réponses à ces questions pour orienter la conception des produits de manière à mieux soutenir le bien-être en ligne des internautes.

Les enseignements de l’étude

Qu’est-ce qui rend la comparaison sociale pire ?

La recherche de Facebook a déterminé les types d’expériences qui peuvent aggraver la comparaison sociale.

Ces expériences comprennent :

  • Voir les messages qui ont un nombre plus élevé d’appréciations ou de commentaires que le vôtre.
  • Voir plus de positivité dans les postes des autres par rapport aux vôtres.
  • Passer plus de temps à examiner les profils des utilisateurs, en particulier le vôtre.
  • Voir le contenu de personnes ayant à peu près le même âge que vous.

Le fait d’avoir plus de possibilités de comparaison aggravera inévitablement la comparaison sociale.

Plus de chances de comparaison pourraient résulter du fait d’avoir un plus grand réseau d’amis sur Facebook ou de passer plus de temps sur Facebook.

Qui, plus que les autres, vit la comparaison sociale ?

Les chercheurs de Facebook ont déterminé que les adolescents font l’objet de plus de comparaisons sociales que les adultes.

C’est également vrai hors ligne, car les adolescents sont plus soumis à la pression de leurs pairs que les adultes.

Les différences entre les sexes dépendent de la géographie, expliquent les chercheurs :

« À l’Ouest, les femmes ont tendance à faire l’objet de plus de comparaisons sociales, mais dans certains pays de l’Est, les hommes ont fait l’objet de plus de comparaisons sociales ».

Quelles ont été les plus grandes surprises ?

La comparaison sociale peut conduire à des expériences tant positives que négatives, mais les expériences négatives ont tendance à être plus facilement rappelées.

Un sur cinq se souvient d’une fois où il s’est senti plus mal après avoir vu un poste.

Les chercheurs ont été surpris d’apprendre que la plupart des gens choisiraient encore de voir un contenu qui les met mal à l’aise, si on leur en donnait la possibilité.

« Nous leur avons ensuite demandé s’ils auraient souhaité ne pas voir l’affiche, et seulement la moitié ont dit qu’ils auraient souhaité ne pas la voir, tandis qu’un tiers se sont sentis très heureux pour l’affiche. Les gens ont des sentiments complexes à ce sujet, il n’y a donc pas de réponse unique et facile ».

Il a également été surprenant d’apprendre, selon les chercheurs, que de nombreuses personnes ne connaissaient pas les fonctionnalités de Facebook qui peuvent contribuer à réduire la comparaison sociale.

Par exemple, les gens ne savaient pas qu’ils pouvaient suivre ou faire la sieste pour cacher leur poste.

Réduire la comparaison sociale

Sur la base des enseignements tirés de l’étude, les chercheurs ont noté que Facebook pouvait aider les gens à réduire la comparaison sociale de la manière suivante :

  • Aidez les gens à changer ce qu’ils voient dans leurs aliments.
  • Réduire l’importance des comptes d’engagement sur les postes des autres.
  • Utilisez des filtres pour les sujets et les personnes, tels que : promouvoir, déplier, faire une sieste.
  • Favoriser des interactions significatives afin que les gens soient moins affectés par les comparaisons.
  • Encourager la création d’expériences partagées plus positives, comme suivre le parcours d’une personne vers un objectif.

Une étude similaire est actuellement menée pour examiner l’impact de la comparaison sociale sur Instagram.

Sources : Facebook (1, 2)



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here