Enquête : La moitié des jeunes pousses de la côte Est canadienne ressentent l’impact financier de COVID-19

0
73


Environ la moitié des jeunes pousses de la côte Est canadienne disent ressentir l’impact financier de la crise COVID-19, selon une nouvelle enquête de la société de capital-risque Concrete Ventures, basée à Halifax.

Parmi les jeunes entreprises de la côte Est interrogées, près de 16 % ont déclaré avoir licencié du personnel.

L’enquête a été menée auprès de 117 personnes et a examiné l’impact économique de la crise en ce qui concerne la collecte de fonds, les ventes et le marketing, ainsi que les pistes de lancement de nouvelles entreprises dans la région. Les personnes interrogées ont été divisées en trois catégories : les pré-revenus, les jeunes pousses et les start-ups établies.

« COVID-19 est une crise sans précédent pour les startups du Canada atlantique, comme pour de nombreuses startups dans le monde », a déclaré Patrick Hankinson, associé chez Concrete Ventures. « Pour certaines, cela a créé de nouvelles opportunités, mais d’autres sont confrontées à des défis difficiles. Pourtant, la communauté des start-ups de la côte Est reste résistante. Je suis convaincu que nous allons surmonter cette crise ».

L’enquête a révélé que 52 % des entreprises en phase de pré-revenu, 49 % des entreprises en phase de démarrage et 53 % des entreprises établies ont indiqué qu’elles en ressentaient l’impact. Cette enquête a été menée à peu près au même moment où un rapport d’avril de la Banque de développement du Canada a révélé que 90 % des entrepreneurs du Canada ressentaient l’impact de la pandémie.

RELATIVES : Le gouvernement prolonge la subvention salariale d’urgence jusqu’à la fin août, afin d’évaluer le critère de 30 % des revenus

Dans tout le pays, un certain nombre de startups ont décidé de se séparer de leur personnel en raison de COVID-19. Sur la côte Est, près de 16 % des personnes interrogées ont déclaré avoir licencié du personnel, selon l’enquête de Concrete Ventures. Parmi ces licenciements, 63 % concernaient des entreprises en phase de démarrage, 31 % des entreprises en phase de pré-revenu et 6 % des entreprises établies.

En réponse à ces licenciements massifs et soudains, le gouvernement fédéral a mis plusieurs programmes d’aide à la disposition des entreprises canadiennes. Toutefois, l’enquête de Concrete Ventures a révélé que 17 % des entreprises en démarrage du Canada atlantique ont indiqué que leur entreprise n’était admissible à aucun de ces programmes. L’entreprise a souligné que les entreprises en démarrage avant revenu étaient particulièrement « laissées pour compte » de ces programmes.

La subvention salariale de 75 % du gouvernement fédéral, qui vise à aider les entreprises à conserver leur personnel, est assortie de conditions d’éligibilité spécifiques basées sur les revenus. Bien que le gouvernement ait assoupli certains de ces critères au début du mois d’avril, certains membres de la communauté technologique ont souligné que les entreprises qui démarrent avant de percevoir des revenus ne seraient toujours pas admissibles au programme.

L’impact financier de COVID-19 a également permis à de nombreuses start-ups de réduire leurs coûts de vente et de marketing pendant la crise. L’enquête de Concrete Ventures a révélé que 73 % des entreprises en phase de démarrage et 93 % des entreprises établies sur la côte Est ont réduit leurs frais de vente et de marketing, et a noté que ces chiffres devraient avoir un impact sur la croissance au fil du temps.

RELATIVES : Le gouvernement élargit les critères du programme de prêt CEBA aux petites entreprises de 40 000 dollars

Concrete Ventures a également noté que COVID-19 a assombri les perspectives de croissance globale des start-ups cette année. En ce qui concerne les jeunes pousses avant revenus, 50 % d’entre elles s’attendent à une croissance stable ou en baisse en 2020, contre 27 % pour les jeunes pousses en phase de démarrage et 25 % pour les pousses établies.

« La crise a également eu un impact significatif sur les décisions de financement, de nombreux investisseurs ayant choisi de renforcer leurs investissements existants plutôt que d’investir dans de nouvelles entreprises », a déclaré Concrete Ventures.

Soixante-quatorze pour cent des start-ups de la côte Est en phase de pré-revenu ont indiqué qu’elles avaient moins de neuf mois de piste, contre 53 % des start-ups en phase de démarrage et 50 % des start-ups établies ayant moins de neuf mois de piste.

« En termes de soutien supplémentaire, les trois principales demandes émanant de l’enquête portent sur la mobilisation de capitaux, les ventes [and] le marketing et l’extension des pistes », a déclaré Concrete Ventures. « Ces trois demandes montrent que les entrepreneurs, bien qu’optimistes, sont encore prudents quant à ce qui les attend ».

Source de l’image Unsplash. Photo de Ruth Troughton.



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here