Des entreprises technologiques canadiennes se mobilisent pour aider les travailleurs isolés à survivre à COVID-19


Que vos employés soient isolés ou que votre équipe travaille à domicile dans le cadre des nouvelles politiques de travail à distance, voici un aperçu des jeunes pousses canadiennes qui cherchent à vous faciliter la vie.

Comme le nombre de cas COVID-19 au Canada augmente, les entreprises de tout le pays demandent aux employés de s’isoler et de travailler à domicile dans un avenir prévisible.

« Le soutien local dans une période comme celle-ci est important pour la scène technologique canadienne ».

Pour certaines entreprises, la croissance rapide de l’épidémie les a obligées à tester pour la première fois des politiques de travail à distance et a laissé d’autres à la recherche d’options abordables (et évolutives) pour maintenir leur productivité.

Bien sûr, avant que la pandémie ne frappe, le travail à distance était déjà en hausse, les employeurs s’appuyant sur des organisations comme Zoom et Skype pour satisfaire leurs besoins. Alors que l’économie continue de se détériorer, les entreprises canadiennes se lèvent de plus en plus souvent pour demander aux entreprises d’envisager de soutenir les jeunes pousses locales pour leurs besoins à distance également.

L’une de ces entreprises est Stage Ten, une start-up basée à Toronto qui offre un streaming en direct aux agences de création touchées par la pandémie. La plateforme de Stage Ten peut diffuser instantanément du contenu à de multiples plateformes de médias sociaux et sert également d’outil de vidéoconférence et de webinaire pour de grands groupes. Cette petite entreprise, en pleine croissance, n’est peut-être pas encore connue au Canada, mais elle a des clients dans le monde entier et cherche à aider les Canadiens en ces temps incertains. Stage Ten a récemment lancé un programme gratuit qui offre aux créateurs canadiens des plans gratuits et permet aux autres utilisateurs de bénéficier de réductions de 50 % sur les plans payants jusqu’à ce que la crise COVID-19 soit passée.

RELATIVES : La dixième étape de démarrage en direct clôt le tour de table mené par Next 10 Ventures

« Le soutien local dans une période comme celle-ci est important pour la scène technologique canadienne », a déclaré Sonia Hong, directrice de la production créative de Stage Ten.

« C’est notre économie locale et nous ne pouvons prospérer et employer d’autres Canadiens que si nous nous donnons du pouvoir les uns aux autres », a-t-elle expliqué. « Les gens ont désespérément besoin de solutions et nous sommes là pour les aider, mais la reconnaissance des technologies au Canada est plus faible qu’aux États-Unis ».

Malgré l’absence de reconnaissance du nom dans le pays, la dixième étape suscite un intérêt accru au sud de la frontière. Depuis que le virus a été officiellement déclaré pandémie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la start-up est en pourparlers avec des poids lourds pour qu’ils développent leurs propres services numériques pour les clients.

Leighton Healey est le PDG de KnowHow, une autre entreprise qui propose des options locales et des essais gratuits aux Canadiens qui envisagent d’embaucher des entreprises américaines à distance.

RELATIVES : Voici comment les entreprises #CDNtech s’impliquent lors de COVID-19

Le logiciel de la start-up de Calgary permet aux travailleurs à distance d’accéder instantanément aux processus de l’entreprise, à la recherche et au flux de travail à partir d’un seul programme, de sorte que les travailleurs n’ont pas à payer pour plusieurs applications logicielles pour maintenir les opérations. Pour l’instant, KnowHow permet aux entreprises de tester et d’accéder gratuitement à ses programmes. Bien qu’elle offre des services similaires à ceux de ses concurrents américains, l’intérêt pour l’inscription de produits internationaux plutôt que locaux est un défi que les entrepreneurs canadiens doivent relever en permanence.

« Les produits américains sont mieux commercialisés et les consommateurs canadiens les connaissent mieux », a expliqué M. Healey. « Si les Canadiens savaient qu’il existe des sociétés de logiciels canadiennes qui peuvent les aider à soutenir leurs équipes à distance, comme KnowHow, je suis sûr qu’ils préféreraient que leurs dollars servent à soutenir une société canadienne ».

Pour Daryna Kulya, PDG d’OpenPhone, le soutien canadien pourrait aider les startups comme la sienne à embaucher davantage de travailleurs licenciés, tout en aidant les employés à domicile.

« De nombreuses petites entreprises nous ont demandé de l’aide car elles veulent passer de la téléphonie de bureau à la téléphonie mobile, étant donné que leurs employés travaillent à distance maintenant et que nous voulons les aider », a-t-elle déclaré. « Nous offrons trois mois gratuits à toute personne qui transfère son téléphone fixe ou de bureau vers OpenPhone. Nous voulons aider les organisations à passer plus facilement au travail à distance ».

Depuis son lancement, OpenPhone a travaillé avec des clients tels que Deloitte, Getaround, Setter, Y Combinator et l’université de Yale, mais s’efforce maintenant d’aider les entrepreneurs plus près de chez eux grâce à son programme gratuit de trois mois.

RELATIVES : OpenPhone annonce de nouvelles fonctionnalités, un tour de table de 2,6 millions de dollars canadiens clôturé en 2018

Les employés de bureau ne sont pas les seuls à avoir besoin d’une aide à distance. Les médecins, les aides-soignants et les médecins généralistes ont tous besoin de services qui les aident à servir le public tout en maintenant une distance sociale.

Voici Roxana Zaman, directrice de l’exploitation et co-fondatrice de la start-up de télésanté Maple. La startup canadienne de télémédecine travaille en coulisses pour donner aux patients et aux travailleurs de la santé un accès plus facile aux outils médicaux dont ils ont besoin.

« Les entreprises canadiennes de télémédecine n’ont pas encore acquis la reconnaissance de marque qu’elles méritent, car la sensibilisation prend du temps et des ressources importantes, mais tout cela est sur le point de changer puisque la pandémie COVID-19 a accéléré de manière exponentielle la sensibilisation à des services comme Maple qui sont fabriqués au Canada, pour les Canadiens », a déclaré M. Zaman

Maple fait sa part pour aider en créant une série de programmes pour ceux qui ne peuvent pas se rendre à l’hôpital local ou qui ne savent pas où aller s’ils se sentent malades. Les nouveaux programmes de Maple comprennent un programme de dépistage COVID-19 gratuit pour les citoyens canadiens et les résidents titulaires d’une carte OHIP de l’Ontario.

La start-up Healthtech a également lancé une clinique virtuelle pour les médecins qui ont besoin de déplacer leur travail en ligne et, enfin et surtout, Maple travaille avec Shoppers Drug Mart pour offrir des séances de médecine virtuelle aux patients vivant dans une province où les services en ligne ne sont pas couverts par la province.

« C’est une opportunité pour les technologies de santé locales comme la nôtre de soutenir les médecins et les patients en temps de crise », a déclaré M. Zaman. « Et aussi de transformer la façon dont nous dispensons les soins de santé dans ce pays à l’avenir ».

Photo par Sajjad Hussain M de Burst.



Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Articles Similaires

Atos acquiert Cryptovision

Actes, une société de transformation numérique cotée à l’indice boursier CAC40 Paris, a annoncé aujourd’hui avoir signé un accord pour acquérir cv cryptovision GmbH, un

CallRail acquiert PhoneWagon

CallRail, une plate-forme de marketing basée à Atlanta, GA pour les entreprises afin d’accélérer leur croissance grâce à des outils d’analyse marketing et de communication,