Dans une lettre ouverte au premier ministre, les PDG affirment que l'absence de soutien ciblé va fermer les entreprises technologiques de l'Ontario


Plus de 230 PDG d’entreprises technologiques de pointe et de centres d’innovation de l’Ontario ont adressé une lettre ouverte au premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, et à d’autres ministères, demandant que des mesures ciblées soient prises pour soutenir le secteur technologique local lors de COVID-19.

« Le gouvernement de l’Ontario a déjà réagi par une action rapide et le déploiement de certaines ressources essentielles. Mais il en faut davantage ».

La lettre fait valoir que sans autre intervention, de nombreuses entreprises prometteuses pourraient être contraintes de fermer leurs portes au cours des 12 à 18 mois à venir. « Le pincement se produit déjà », indique la lettre. « Les chaînes d’approvisionnement sont perturbées et les dépenses des consommateurs ralentissent, ce qui crée un risque économique pour notre province. »

La lettre souligne la croissance rapide de l’Ontario, et plus particulièrement du secteur technologique de Toronto, en précisant que la ville a été surnommée le marché technologique à la croissance la plus rapide d’Amérique du Nord. Waterloo, Hamilton et Ottawa ont également été mises en avant en tant que grands centres technologiques de la province.

« Ce n’est pas arrivé comme ça. La croissance du secteur technologique de l’Ontario est une réussite partagée par les gouvernements successifs, qui remonte à la création de MaRS et de Communitech sous le gouvernement Harris et se poursuit jusqu’à aujourd’hui », peut-on lire dans la lettre. « Maintenant, tout ce travail acharné et l’impact économique sont menacés par la pandémie de COVID-19. Le gouvernement de l’Ontario a déjà réagi en prenant des mesures rapides et en déployant certaines ressources essentielles. Mais il faut faire plus ».

Sous l’impulsion des pôles d’innovation Communitech, Invest Ottawa et MaRS, la lettre a été adressée à Ford, ainsi qu’au ministre des finances Rod Phillips et au ministre du développement économique, de la création d’emplois et du commerce Vic Fedeli. Elle contenait des suggestions sur la manière dont la province peut renforcer le secteur technologique de l’Ontario pendant la pandémie COVID-19.

Parmi les signataires de la lettre figurent des dirigeants de centres d’innovation comme Communitech, Invest Ottawa et MaRS, ainsi que Claudia Krywiak, PDG et présidente des Centres d’excellence de l’Ontario. Elle a également reçu le soutien de PDG d’entreprises technologiques comme Michael Litt de Vidyard et de capital-risqueurs comme Janet Banister de Real Ventures.

RLEATED : Au lieu du budget 2020, l’Ontario propose une mise à jour fiscale de 17 milliards de dollars pour lutter contre la COVID-19

Les entreprises technologiques canadiennes, comme de nombreuses autres entreprises du pays, ressentent déjà les effets économiques de COVID-19. La majorité des petites entreprises subissant de sévères réductions de revenus, beaucoup ont déjà pris la décision de licencier des employés. Une base de données sur les jeunes entreprises canadiennes sans emploi a vu plus de 1 600 personnes les rejoindre, et ce nombre augmente chaque jour à mesure que de plus en plus d’entreprises technologiques procèdent à des licenciements.

Alors que les gouvernements fédéral et provinciaux ont mis en place des mesures destinées à soutenir les entreprises pendant cette période de ralentissement économique, de nombreux membres de la communauté ont fait valoir que ces mesures ne s’étendaient pas au secteur technologique. Des PDG comme Jodi Kovitz de #MoveTheDial ont déclaré à BetaKit qu’ils n’auraient pas eu à procéder à des licenciements si le gouvernement fédéral avait mis en place des subventions salariales plus importantes, comme celles qui ont été observées au Royaume-Uni et au Danemark. Les prêts commerciaux d’urgence fédéraux de la BDC et d’EDC ne sont souvent pas non plus une option pour les entreprises technologiques en phase de démarrage qui, même dans des circonstances normales, ne sont pas admissibles à de tels prêts ou lignes de crédit.

« Les leaders technologiques de l’Ontario estiment que l’écosystème a besoin que notre gouvernement provincial continue à faire preuve de leadership en prenant des mesures immédiates et à long terme pour surmonter cette tempête et favoriser l’innovation, la croissance économique et la création d’emplois grâce à la reprise », écrivent les PDG dans la lettre.

La lettre décrit les mesures que les PDG aimeraient voir l’Ontario prendre, notamment

  • Soutenir les besoins immédiats de trésorerie des entreprises pour réduire les dépenses, préserver les liquidités et maintenir les meilleurs talents et emplois ;
  • Accroître et déployer rapidement des fonds supplémentaires par le biais de programmes et de véhicules d’investissement établis et ;
  • Offrir une plus grande flexibilité aux entreprises ayant déjà une relation de financement et des antécédents, afin de permettre à l’écosystème technologique de continuer à innover.

Les suggestions sont similaires à celles contenues dans une autre lettre ouverte signée par des PDG de sociétés technologiques de tout le Canada, qui a été envoyée au gouvernement fédéral la semaine dernière.

Pour soutenir les flux de trésorerie, la lettre demande « de généreuses subventions salariales d’au moins 70 % », la lettre indiquant explicitement les subventions offertes en Angleterre et au Danemark. Elle appelle également à reporter les impôts sur les salaires et à différer le versement des impôts sur les sociétés et sur les salaires, ainsi qu’à mettre en place des instruments de prêt sans intérêt et à paiement différé pour les entreprises. L’Ontario a mis en place un certain nombre de reports d’impôts pour les entreprises et les particuliers, pour un montant de 10 milliards de dollars. La lettre demande également le report des primes de la Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail (CSPAAT). L’Ontario autorise actuellement les employeurs à différer les paiements de la CSPAAT pour une période pouvant aller jusqu’à six mois. Tout comme la lettre ouverte adressée au gouvernement fédéral, la lettre ouverte de l’Ontario a poussé à donner la priorité et à augmenter les achats de biens et de services auprès d’entreprises ontariennes.

La lettre demandait également des conditions et des calendriers de financement plus souples pour les entreprises qui bénéficient actuellement de fonds publics ainsi que pour le réseau de centres régionaux d’innovation qui les soutient. Les PDG demandent également au gouvernement de l’Ontario de conserver le crédit d’impôt à l’innovation de l’Ontario (OITC) et le crédit d’impôt à la recherche et au développement de l’Ontario (ORDTC), et de collaborer avec le gouvernement fédéral pour accélérer le remboursement par le biais de la RS&DE, de l’OITC et de l’ORDTC.

« Le secteur technologique de l’Ontario a été créé avec l’aide du gouvernement provincial, mais pour maintenir l’élan, il faut que ce gouvernement maintienne son soutien en cette période de crise », précise la lettre. « Nous demandons des mesures rapides et ciblées qui aideront les entreprises à améliorer leur flux de trésorerie et à maintenir l’emploi de dizaines de milliers d’Ontariens. ”



Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Articles Similaires