Comment les moteurs de recherche classent les pages

0
61


En tant que professionnels du référencement, nous nous concentrons généralement sur la question suivante : « Comment puis-je classer ma page ?

Une question tout aussi importante, sinon plus, que nous devrions poser est la suivante : « Comment les moteurs de recherche classent-ils les pages ?

Pourquoi les moteurs de recherche classent les pages web

Avant de nous plonger dans le classement des pages web par les moteurs de recherche, arrêtons-nous un instant et réfléchissons pourquoi ils les classent.

Après tout, il serait moins coûteux et plus facile pour eux de simplement afficher les pages de manière aléatoire, par nombre de mots, par fraîcheur ou par tout autre système de tri facile.

La raison pour laquelle ils ne le font pas est évidente. Vous ne l’utiliseriez pas.

Donc, lorsque nous posons la question des classements, ce que nous devons toujours garder à l’esprit, c’est que l’utilisateur que nous essayons de satisfaire n’est pas le nôtre, il appartient au moteur et les moteurs nous les prêtent.

Si nous abusons de cet utilisateur, il risque de ne pas revenir au moteur et donc le moteur ne peut pas l’avoir car ses revenus publicitaires vont diminuer.

PUBLICITÉ

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

J’aime à penser que le scénario ressemble à certaines des pages de ressources de notre propre site.

Si nous recommandons un outil ou un service, c’est sur la base de notre expérience avec eux et nous pensons qu’ils serviront également à nos visiteurs. Si nous apprenons qu’ils ne le font pas, nous les retirerons de notre site.

C’est ce que font les moteurs.

Mais comment ?

Clause de non-responsabilité

Je n’ai pas de dispositif d’écoute chez Google ou Bing.

Google en a un sur mon bureau et un autre que je trimballe avec moi quand je n’y suis pas, mais pour une raison quelconque, la collecte des messages ne fonctionne pas dans l’autre sens.

Je le dis pour préciser que le schéma suivant est basé sur environ 20 ans d’observation de l’évolution des moteurs de recherche, de lecture des brevets (ou plus souvent – Bill SlawskiL’analyse des brevets de l’UE), et en commençant chaque jour depuis de nombreuses années par l’examen de l’évolution de l’industrie, depuis les changements de configuration du SERP jusqu’aux acquisitions et aux mises à jour des algorithmes.

PUBLICITÉ

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

Prenez ce que je dis comme une répartition éclairée qui, espérons-le, est juste à 90 %.

Si vous vous demandez pourquoi je pense à 90 % – j’ai appris de Frédéric Dubut de Bing que 90 % est un chiffre très intéressant à utiliser pour les devinettes.

C’est seulement un simple 5 étapes – facile

Le processus complet de classement d’une page comporte cinq étapes.

Je n’inclus pas les défis techniques comme l’équilibrage des charges et je ne parle pas de chaque calcul de signal différent.

Je parle simplement du processus de base que chaque requête doit suivre pour commencer sa vie comme une demande d’information et la terminer comme un ensemble de 10 liens bleus enfouis sous une mer de publicités.

Comprendre ce processus, savoir à qui il est destiné, et vous serez en mesure de réfléchir correctement à la manière de classer votre pages vers leur utilisateurs.

Il me semble également nécessaire de noter que les mots utilisés pour ces étapes sont les miens et non une sorte de nom officiel.

N’hésitez pas à les utiliser, mais ne vous attendez pas à ce que l’un des moteurs utilise la même terminologie.

Étape 1 : Classifier

La première étape du processus consiste à classer la requête qui arrive.

La classification de la requête donne au moteur les informations dont il a besoin pour effectuer toutes les étapes suivantes.

Avant qu’une classification complexe puisse avoir lieu (lire : à l’époque où les moteurs s’appuyaient sur des mots-clés plutôt que sur des entités), les moteurs devaient essentiellement appliquer les mêmes signaux à toutes les requêtes.

Comme nous le verrons plus loin, ce n’est plus le cas.

C’est dans cette première étape que le moteur va appliquer de telles étiquettes (encore une fois, ce n’est pas un terme technique mais une façon facile d’y penser) à une requête telle que

  • YMYL
  • Local
  • Inconnu
  • Adulte
  • Question

Je n’ai aucune idée du nombre de classifications différentes qui existent, mais la première étape que le moteur devrait faire est de déterminer lesquelles s’appliquent à une requête donnée.

PUBLICITÉ

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

Étape 2 : Contexte

La deuxième étape du processus de classement consiste à assigner un contexte.

Dans la mesure du possible, le moteur doit tenir compte de toute information pertinente dont il dispose sur l’utilisateur qui introduit la requête.

Nous le voyons régulièrement pour les questions, même celles que nous ne posons pas. Nous les voyons ici :

Comment les moteurs de recherche classent les pages

Et nous les voyons ici :

Comment les moteurs de recherche classent les pages

Ce dernier, bien sûr, étant un exemple de cas où je n’ai pas spécifiquement saisi la requête.

PUBLICITÉ

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

La deuxième étape du processus consiste essentiellement à déterminer quels sont les facteurs environnementaux et historiques qui entrent en jeu.

Ils connaissent la catégorie de la requête, ici ils appliquent, déterminent ou tirent les données relatives aux éléments jugés pertinents pour cette catégorie et ce type de requête.

Voici quelques exemples d’informations environnementales et historiques qui pourraient être prises en compte :

  • Lieu
  • Heure
  • Si la requête est une question
  • L’appareil utilisé pour la requête
  • Le format utilisé pour la requête
  • Si la requête se rapporte à des requêtes précédentes
  • S’ils ont déjà vu cette requête

Étape 3 : Poids

Avant de nous lancer, laissez-moi vous demander à quel point vous êtes malade d’entendre parler de RankBrain ?

Eh bien, attachez votre ceinture parce que nous sommes sur le point de la remettre sur le tapis, mais seulement à titre d’exemple de cette troisième étape.

Avant qu’un moteur puisse déterminer le classement des pages, il doit d’abord déterminer quels sont les signaux les plus importants.

Pour une requête comme [civil war] on obtient un résultat qui ressemble à :

PUBLICITÉ

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

Comment les moteurs de recherche classent les pages

Un résultat solide. Mais que se passerait-il si la fraîcheur avait joué un rôle important ? Nous aurions plutôt un résultat :

Comment les moteurs de recherche classent les pages

Mais on ne peut pas exclure la fraîcheur. Si la requête avait été [best shows on netflix]Je me soucie moins de l’autorité et plus de la date de publication.

Je n’ai guère envie d’une pièce de 2008 fortement liée, présentant les meilleurs DVD à commander sur leur service.

PUBLICITÉ

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

Ainsi, avec le type de requête en main ainsi que les éléments de contexte tirés, le moteur peut maintenant se fier à leur compréhension des signaux qui s’appliquent et avec quelles pondérations pour les combinaisons données.

Une partie de ces tâches peut certainement être accomplie manuellement par les nombreux ingénieurs et informaticiens talentueux qui sont employés et une autre partie sera traitée par des systèmes comme RankBrain qui est (pour la 100e fois) un algorithme d’apprentissage machine conçu pour ajuster les poids des signaux pour des requêtes inédites mais qui sera ensuite introduit dans l’ensemble des algorithmes de Google.

Avec l’affirmation qu’environ 90 % de ses algorithmes de classement reposent sur l’apprentissage machine, on peut raisonnablement supposer que Bing dispose de systèmes similaires.

Étape 4 : Mise en page

Nous l’avons tous vu. En fait, vous pouvez le voir dans l’exemple de la guerre civile ci-dessus. Pour différentes requêtes, la mise en page des résultats de recherche change.

Les moteurs détermineront les formats possibles qui s’appliquent à une intention de requête, l’utilisateur qui exécute la requête et les ressources disponibles.

PUBLICITÉ

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

La page complète du SERP pour [civil war] ressemble :

Comment les moteurs de recherche classent les pages

J’ai fait une supposition éclairée sur le facteur principal utilisé pour déterminer la présence de chaque élément.

La vérité est que c’est une cible mouvante et qu’elle repose sur la connaissance des entités, de la façon dont elles sont reliées et pondérées.

C’est un sujet très complexe, nous n’allons donc pas nous y plonger ici.

Ce qu’il est important de comprendre dans le contexte de cet article, c’est que les différents éléments d’une page de résultats de recherche donnée doivent être déterminés plus ou moins à la volée.

C’est-à-dire que lorsqu’une requête est lancée et que les trois premières étapes sont terminées, le moteur référencera une base de données des différents éléments possibles à insérer sur la page, les placements possibles, puis déterminera lesquels s’appliqueront à la requête spécifique.

PUBLICITÉ

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

Un côté : J’ai noté plus haut que les pages de résultats de recherche étaient générées plus ou moins à la volée.

Si cela est vrai pour les requêtes peu fréquentes, pour les requêtes courantes, il est beaucoup plus probable que les moteurs conservent une base de données des éléments qu’ils ont déjà calculés pour répondre à l’intention probable de l’utilisateur, afin de ne pas avoir à les traiter à chaque fois.

J’imagine qu’il y a une limite de temps après laquelle il rafraîchit et je soupçonne qu’il rafraîchit l’entrée complète au moment de la faible utilisation.

Mais en allant plus loin, le moteur connaît maintenant la classification d’une requête, le contexte dans lequel l’information est demandée, les poids de signal qui s’appliquent à une telle requête, et la présentation la plus susceptible de répondre aux différentes intentions possibles pour une requête.

Enfin, il est temps de faire un classement.

Étape 5 : Classement

Il est intéressant de noter que c’est probablement l’étape la plus facile du processus, bien qu’elle ne soit pas aussi singulière qu’on pourrait le penser.

Quand on pense aux classements organiques, on pense aux 10 liens bleus. Commençons donc par là et examinons le processus jusqu’à présent :

PUBLICITÉ

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

  • L’utilisateur saisit une requête.
  • Le moteur considère le type de requête et le classe pour comprendre quels critères clés s’appliquent à un niveau élevé en fonction d’interactions de requêtes précédentes similaires ou identiques.
  • Le moteur prend en compte la position de l’utilisateur dans l’espace et le temps pour examiner ses intentions probables.
  • Le moteur prend les classifications de la requête et les signaux spécifiques à l’utilisateur et les utilise pour déterminer quels signaux doivent avoir quel poids.
  • Le moteur utilise les données ci-dessus pour déterminer également les mises en page, les formats et les données supplémentaires qui peuvent satisfaire ou compléter l’intention de l’utilisateur.

Avec tout cela en main et avec un algorithme déjà écrit, le moteur doit simplement faire craquer les chiffres.

Ils vont sélectionner les différents sites qui peuvent être pris en compte pour le classement, appliquer les pondérations à leurs algorithmes, et en réduire le nombre pour déterminer l’ordre dans lequel les sites doivent apparaître dans les résultats de la recherche.

Bien entendu, ils doivent le faire pour chaque élément de la page de différentes manières.

Les vidéos, les histoires, les entités et les informations changent toutes. Les moteurs doivent donc ordonner non seulement les liens bleus, mais aussi tout le reste de la page.

En bref

Le classement du site est facile. C’est en rassemblant tous les éléments pour y parvenir que l’on fait le vrai travail.

Vous pouvez vous demander comment cette compréhension peut vous aider dans vos efforts de référencement. C’est comme si vous compreniez les fonctions essentielles du fonctionnement de votre ordinateur.

PUBLICITÉ

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

Je ne peux pas construire un processeur, mais je sais ce qu’ils font, et je connais les caractéristiques qui en font un plus rapide et l’impact du refroidissement.

En sachant cela, je dispose d’une machine plus rapide que je dois mettre à jour et mettre à niveau beaucoup moins souvent.

Il en va de même pour le référencement.

Si vous comprenez le cœur du fonctionnement du moteur, vous comprendrez votre place dans cet écosystème.

Et que aboutira à des stratégies conçues en fonction du moteur et au service de l’utilisateur réel – leur utilisateur.


Crédit image en vedette : Paulo Bobita



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here