Comment COVID-19 met en évidence la nécessité pour le Canada d'adopter les signatures numériques


La pandémie COVID-19 a affecté tous les aspects de notre vie, de la façon dont nous passons notre temps, dont nous gérons nos affaires et dont nous nous occupons de nos tâches quotidiennes.

La majorité de la population canadienne étant soit en isolement social, soit en quarantaine, il est devenu de plus en plus difficile, voire impossible, de prendre en charge des tâches qui nécessitent généralement un élément en personne ou hors ligne. Cette situation a mis en évidence la nécessité de modifier la législation et la réglementation afin de soutenir davantage de processus en ligne, principalement les signatures numériques.

Le gouvernement reconnaît également la nécessité des signatures numériques lors de la COVID-19.

En tant que PDG de la start-up de planification successorale Willful, qui aide les Canadiens à créer des testaments et des procurations en ligne, les limites de notre activité n’ont toujours rien à voir avec la technologie, et tout à voir avec la loi.

En 2020, vous pourrez acheter une maison en utilisant une signature numérique, mais vous devrez toujours imprimer et signer votre testament ou votre PA – pour de bonnes raisons, diront beaucoup, puisque le but des témoins de votre testament est de s’assurer qu’une personne a créé ces documents juridiques en toute bonne foi et sans contrainte. C’est difficile à faire avec Docusign, car il est facile de falsifier une signature – ce qui est le problème le plus important avec toute signature numérique, qu’elle figure sur un testament, un contrat ou tout autre document juridique. Comment vérifier qu’une personne spécifique signe réellement un document spécifique en ligne ?

Les États-Unis (US) sont en avance sur le Canada en ce qui concerne l’adoption des signatures numériques sur les testaments, comme l’a montré un article du New York Times l’automne dernier. L’organisation à but non lucratif Uniform Law Commission a rédigé le Uniform Electronic Wills Act, qui peut servir de modèle aux différents États pour leur adoption. Plusieurs États, dont le Nevada et l’Indiana, autorisent déjà les signatures électroniques, et d’autres devraient suivre en 2020.

Trust & Will, un de nos partenaires basé à San Diego, a réalisé le premier testament numérique aux États-Unis dans le Nevada en janvier 2019.

Les signatures numériques ne sont pas seulement importantes pour les testaments ; pensez à tout document qui doit être notarié, y compris les documents de transaction immobilière ou les demandes d’assurance automobile. À l’heure actuelle, il est difficile, voire impossible, de se rendre en personne chez un notaire.

Les États-Unis permettent la notarisation numérique des testaments et autres documents par l’intermédiaire de Notarize, une société basée à Washington, DC qui dispose d’une équipe répartie de notaires qui notent par une série d’étapes. Les utilisateurs téléchargent ou prennent une photo du document qui doit être notarié, saisissent les quatre derniers chiffres de leur numéro de sécurité sociale, répondent à cinq questions de vérification d’identité en deux minutes et soumettent une photo de leur pièce d’identité avec photo. Après vérification, l’utilisateur se connecte à un notaire par vidéo et termine le processus en apposant sa signature et son cachet.

Le Barreau de l’Ontario a publié pour la première fois des directives sur la mise en service virtuelle.

Patrick Kinsel, PDG de Notarize dit sur Twitter que COVID-19 a conduit à une explosion de leur activité, avec une croissance de 30 % par jour. Il a déclaré qu’ils embauchent des centaines de notaires dans tout le pays pour répondre à la demande.

Des entreprises canadiennes comme Vaultie s’attaquent à la vérification de l’identité pour les signatures numériques en utilisant une photo vérifiée liée à votre carte d’identité avec photo délivrée par le gouvernement. Vaultie a lancé ce service en janvier, et son PDG, Meyer Mechanic, a déclaré que ce service est utilisé pour tout, de la notarisation numérique aux contrats de location en passant par les documents juridiques. En raison de la diffusion de COVID-19, ils ont constaté une augmentation de la demande, et le Barreau de l’Ontario a publié pour la première fois des directives sur la mise en service virtuelle. Le Barreau continue de conseiller que le service en personne est la meilleure pratique, mais c’est un pas dans la bonne direction.

« Les documents signés avec Vaultie sont liés à un égoïsme vérifié à l’aide d’une reconnaissance faciale de niveau de conformité et de tests d’identification gouvernementaux. Ancrés sur une chaîne de blocage, les documents sont inviolables et peuvent être vérifiés instantanément par un tiers », a déclaré M. Mechanic dans un courriel. « En utilisant cette méthode, nous pouvons fournir un niveau plus élevé de prévention de la fraude en liant une personne physique (au lieu de son compte) à un document numérique ».

Le gouvernement reconnaît également la nécessité des signatures numériques lors de la COVID-19. Dans le Plan de réponse économique dévoilé la semaine dernière, l’ARC a annoncé qu’elle reconnaîtrait les signatures numériques comme ayant satisfait aux exigences de la Loi de l’impôt sur le revenu en matière de signature, en particulier sur les formulaires T183 ou T183CORP. L’ARC a déclaré qu’il s’agissait d’une mesure temporaire en raison de COVID-19, mais que cela pourrait également entraîner un changement durable.

Si COVID-19 aura de nombreux effets négatifs durables sur nos vies, un changement positif qu’il pourrait inspirer est l’adoption par les législateurs et les organismes de réglementation des signatures numériques. Que ce soit parce que nous le devons ou parce que nous le voulons, les Canadiens devraient pouvoir signer facilement des documents en ligne.

Source de l’image Unsplash. Photo par Kelly Sikkema



Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Articles Similaires

Staking OIN sur AscendEX – BeInCrypto

AscendEX, anciennement BitMax, une plateforme de trading d’actifs numériques de pointe construite par des vétérans du trading quantitatif de Wall Street, a annoncé le lancement