Bus.com met Maxie Lafleur au courant de la modification de l’offre de la startup lors de COVID-19

0
120


La société montréalaise Bus.com, qui a créé une plateforme en ligne pour la location d’autobus, a nommé Maxie Lafleur au poste de PDG de la start-up.

Lafleur est le directeur financier de la société depuis juillet 2019. Elle remplace Kyle Boulay, co-fondateur et ancien PDG de la startup, qui a récemment démissionné de son poste. Selon Bus.com, M. Boulay restera un « actionnaire important » de la société.

« Nous en sortirons plus résistants grâce aux progrès de notre technologie et aux décisions difficiles et stratégiques ».

Ce changement de direction intervient alors que l’entreprise cherche à accélérer le développement de sa technologie et envisage de faire des acquisitions potentielles. Cependant, Bus.com a également modifié son offre pour répondre aux défis de COVID-19.

« Je suis honoré de diriger Bus.com en tant que [CEO]a déclaré M. Lafleur. « Je me réjouis de continuer à travailler en étroite collaboration avec notre exceptionnelle équipe de direction. Nous sommes convaincus que le secteur de l’affrètement d’autobus va se redresser et rebondir. De ce revers, nous sortirons plus résistants grâce aux progrès de notre technologie et aux décisions difficiles et stratégiques que nous avons prises et que nous continuerons à prendre ».

En raison de la COVID-19, Bus.com a décidé de ne proposer ses services que pour les voyages essentiels, mais continue d’accepter les réservations pour les voyages non essentiels qui auront lieu à l’avenir. Pour les voyages réservés après le 12 mars et avant le 30 juin, il est désormais possible de réserver à nouveau ou d’annuler toutes les réservations jusqu’à sept jours avant la date de début du voyage.

RELATIVES : Les demandes de cofinancement d’urgence commencent à s’ouvrir alors que la BDC finalise son programme

En réponse à la question de savoir si les « décisions stratégiques » que Bus.com a dû prendre incluent des licenciements, un porte-parole de Bus.com a déclaré à BetaKit que la société n’avait pas encore procédé à des réductions de personnel.

Ils ont déclaré que la startup montréalaise utilise les programmes gouvernementaux pour maintenir ses employés sur la liste de paie, mais qu’elle réévaluera la situation en juin. « Nous vivons une période d’incertitude et nous faisons tout notre possible pour éviter les licenciements à long terme », a déclaré le porte-parole à BetaKit.

En raison de la diminution de son activité opérationnelle due à la pandémie, Bus.com a déclaré qu’il était désormais en mesure d’accélérer sa feuille de route technologique et ses projets « stratégiques » et a ajouté de nouveaux projets en fonction des opportunités qui, selon lui, se présenteront après l’épidémie.

Dans son rôle de directrice financière, Mme Lafleur a contribué à améliorer l’économie unitaire de l’entreprise et à redéfinir la façon dont Bus.com se positionne sur le marché, a déclaré l’entreprise. Elle a également travaillé en Europe et en Asie, ce qui, selon Bus.com, place l’entreprise en bonne position pour se développer dans de nouveaux pays.

Bus.com a mis en place une plateforme de réservation pour les bus charter, offrant aux clients une solution de type « Uber » pour trouver un transport fiable. Fondée en 2015, la société s’est associée à divers événements pour fournir des bus charters, tels que Coachella, Electric Forest et Spartan Race.

RELATIVES : Bus.com conclut un contrat de 19,6 millions de dollars canadiens de série B pour recruter de nouveaux talents

Au départ, l’entreprise s’est concentrée sur les festivals de musique, mais les entreprises à la recherche de moyens de transport pour les retraites et les établissements d’enseignement supérieur en Amérique du Nord représentent une part croissante de son marché.

Bus.com lance également le programme Bus Angels, une initiative visant à soutenir ses partenaires de bus à travers l’Amérique du Nord pendant la pandémie COVID-19. Bus.com a déplacé une partie importante de ses ressources afin de pouvoir fournir des conseils et des orientations à ses partenaires qui renégocient leurs obligations financières et naviguent dans les programmes d’aide gouvernementaux.

« Nous sommes sensibles aux défis auxquels sont confrontés nos partenaires de bus en Amérique du Nord », a déclaré Wolf Kohlberg, co-fondateur et directeur de l’exploitation. « Ce sont pour la plupart de petits opérateurs qui risquent de perdre leurs moyens de subsistance à cause de la pandémie de COVID-19 ».

Busbud, une jeune entreprise québécoise de vente de billets d’autobus, a récemment licencié un peu plus de 30 % de ses effectifs début avril en raison de l’application de la norme COVID-19, avec 16 licenciements temporaires d’employés à temps plein ainsi que 7 postes à temps partiel dans son service à la clientèle.



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here