Boast.ai obtient une facilité de crédit de 100 millions de dollars pour construire Clearbanc pour les crédits d’impôt R&D


Boast.ai a obtenu une facilité de crédit de 100 millions de dollars pour fournir aux entreprises des prêts initiaux pour leurs crédits d’impôt gouvernementaux à la recherche et au développement (R&D).

Les prêts non dilutifs rappellent le modèle de financement des revenus récurrents mensuels (MRR) utilisé par des entreprises comme Clearbanc, et voient Boast.ai se développer au-delà de son activité principale, une plate-forme automatisée pour réclamer des crédits d’impôt R&D aux États-Unis (US) et Canada. L’offre de prêt renforce l’objectif de l’entreprise de devenir un guichet unique pour les besoins de crédit d’impôt R&D des startups.

«Nous pouvons aider nos clients à profiter des crédits d’impôt R&D de manière beaucoup plus opportune.»
– PDG de Boast.ai, Alex Popa

«Nous avons mis en place cette facilité de crédit de 100 millions de dollars afin que nous puissions aider nos clients à profiter des crédits d’impôt R&D de manière beaucoup plus opportune et les aider à réinvestir dans le développement de leurs produits», a déclaré Alex, co-fondateur et PDG de Boast.ai Popa. «Ils peuvent avoir accès aux crédits d’impôt au fur et à mesure qu’ils engagent leurs dépenses, donc sur une base mensuelle ou trimestrielle pour l’année, et nous rembourser essentiellement lorsque le dépôt auprès de l’ARC (Agence du revenu du Canada) a lieu à la fin de l’année. « 

La facilité de crédit de 100 millions de dollars est fournie par Brevet Capital, un investisseur basé aux États-Unis qui offre des options de financement alternatives aux entreprises ayant des contrats avec le gouvernement.

Les prêts de Boast.ai sont disponibles pour les entreprises où Boast.ai opère actuellement, aux États-Unis et au Canada, et sont destinés aux entreprises technologiques à forte croissance.

Boast.ai a lancé une version alpha de l’offre l’année dernière, la facilité de crédit de 100 millions de dollars permettant désormais à la société basée à Vancouver de véritablement commencer à commercialiser les prêts.

La plateforme logicielle de Boast.ai automatise le processus de demande de crédits d’impôt R&D aux États-Unis (États-Unis) et de crédits d’impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental (RS&DE) au Canada. La société, fondée en 2011, a intensifié ses efforts sur le marché ces derniers temps, levant son premier tour de financement institutionnel à la fin de l’année dernière. Boast.ai a obtenu un tour de série A de 30 millions de dollars canadiens, dans le but d’étendre sa portée et de s’attaquer à une opportunité de marché considérable qui, espère-t-elle, portera la société à 100 millions de dollars de revenus rien qu’en Amérique du Nord.

CONNEXES: Comment les startups canadiennes peuvent se préparer à la RS&DE

Avec son offre de prêts, Boast.ai va désormais préparer et estimer les besoins en R&D d’une entreprise et fournir un financement initial pour ces coûts. L’offre est disponible pour les clients existants et non -Boast.ai, ses fondateurs (qui comprend Lloyed Lobo) indiquant à BetaKit qu’il n’y a pas de plafond sur la taille des prêts accordés par chaque entreprise, mais plutôt en fonction des besoins individuels.

Le type de financement anticipé fourni par les prêts de crédit à la RD et les modèles de MRR, ou de partage des revenus, est de plus en plus populaire. Un tel financement est conçu pour offrir du capital aux entreprises tout en aidant les entrepreneurs à conserver leurs capitaux propres.

Dans le domaine du partage des revenus, Clearbanc opère aux côtés de fournisseurs tels que Lighter Capital, basé à Seattle, et Corl, basé à Toronto, entre autres acteurs internationaux.

«Les crédits d’impôt pour la R&D sont une forme précieuse de capital – mais les retards peuvent être extrêmement difficiles.»

Semblable à Clearbanc, Boast.ai n’est pas non plus le seul dans le domaine des prêts R&D. Les autres exploitants canadiens qui fournissent un financement avancé pour la RS&DE comprennent: Easly, Finalta Capital, Fundsquire et CAE Capital, ce dernier étant en partenariat avec Développement économique Canada, la Banque de développement du Canada et Investissement Québec. Tout en se concentrant pour le moment sur l’Amérique du Nord, Boast.ai surveille également les marchés mondiaux. Parmi les acteurs internationaux du crédit d’impôt pour la R&D figurent Finstock au Royaume-Uni et Radium Capital en Australie.

Une augmentation des crédits d’impôt à la RD n’est que naturelle, car un rapport de 2017 de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a révélé que les incitations fiscales à la RD «sont devenues un outil majeur» pour promouvoir la recherche et le développement des entreprises. En 2017, 30 des 35 pays de l’OCDE de l’époque, la majorité des pays de l’UE et un certain nombre d’économies non membres de l’OCDE ont accordé un allégement fiscal sur les dépenses de R&D.

Popa et Lobo ont déclaré à BetaKit qu’ils étaient confiants dans les opportunités de marché devant Boast.ai et la popularité de leur offre de prêt, notant que si tous les clients actuels de Boast.ai optaient, cela épuiserait les 100 millions de dollars. La paire estime qu’au cours des 12 premiers mois, Boast.ai sera en mesure de soutenir entre 500 et 1000 entreprises.

Ils ont également noté que l’accord de facilité de crédit de Boast.ai avec Brevet autorise davantage de capital au besoin, avec un potentiel pouvant atteindre 500 millions de dollars.

«Les crédits d’impôt pour la R&D sont une énorme ressource inexploitée pour les entreprises qui cherchent à investir et à accélérer l’innovation», a déclaré Douglas Monticciolo, PDG et cofondateur de Brevet Capital. «Les crédits d’impôt pour la R&D sont une forme précieuse de capital – mais les retards peuvent être extrêmement difficiles pour les entreprises en démarrage. La plate-forme de financement basée sur l’IA de Boast.ai élimine ces retards et permet aux startups de se concentrer sur la création de nouvelles solutions et produits tout en récoltant immédiatement les bénéfices de leurs efforts de R&D durement gagnés.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires