ApplyBoard lève 100 millions de dollars canadiens et revendique une valeur de 2 milliards de dollars pour la « licorne


La société ApplyBoard, basée à Kitchener-Waterloo, a levé un financement de 100 millions de dollars canadiens en série C, la société affirmant que son évaluation post-financement s’élève maintenant à 2 milliards de dollars canadiens.

Si elle est exacte, la nouvelle évaluation d’ApplyBoard en fait la dernière entreprise technologique canadienne à atteindre le statut de Licorne : une entreprise privée d’une valeur marchande de plus d’un milliard de dollars américains. Avant 2019, le Canada avait eu du mal à produire des licornes, la liste des narvals ne faisant état d’aucune nouvelle licorne depuis l’offre initiale de pièces de 2015 de Kik Interactive (contestée par la suite). La situation a changé l’année dernière, avec la Coveo de Québec et le Nuvei de Montréal qui ont tous deux dépassé le milliard de dollars d’évaluation.

Le cycle de série C d’ApplyBoard a été mené par la société de capital-risque Drive Capital, basée dans l’Ohio, avec la participation de Fidelity Investments Canada ULC et de la Banque de développement du Canada (BDC), ainsi que des investisseurs existants Anthos Capital, Artiman Ventures et Plug and Play Tech Center. ApplyBoard a déclaré à BetaKit que la levée de 100 millions de dollars était entièrement constituée de capital primaire, mais n’a pas répondu aux questions concernant le ratio entre les capitaux propres et les dettes dans l’investissement.

La startup de Kitchener-waterloo a été fondée en 2015 et offre une plateforme de recrutement basée sur l’intelligence artificielle qui aide les étudiants internationaux à postuler pour des études post-secondaires à l’étranger.

Cette levée de fonds de 100 millions de dollars arrive juste un an après l’annonce par ApplyBoard de sa série B de 55 millions de dollars canadiens. Ces nouveaux fonds portent le financement total de l’entreprise à ce jour à 272 millions de dollars canadiens, dont 17 millions de dollars pour la série A en juin 2018.

Martin Basiri, co-fondateur et PDG d’ApplyBoard, avait précédemment déclaré à BetaKit que la société prévoyait de doubler sa série B après avoir connu une solide croissance financière au cours de l’année passée. En parlant avec BetaKit l’année dernière, M. Basiri a affirmé qu’ApplyBoard avait connu une croissance constante au cours des deux dernières années, avec une croissance de 10 % de 2017 à 2018, atteignant un total de 543 977 étudiants.

Actuellement, la jeune entreprise de cinq ans travaille avec plus de 1 200 établissements d’enseignement et 4 000 partenaires de recrutement dans le monde entier et affirme avoir aidé directement plus de 100 000 étudiants.

« Nous sommes enthousiastes à propos de [reaching Unicorn status]Basiri a déclaré à BetaKit cette semaine. « Plus du point de vue que l’argent est pour nous une ressource pour embaucher plus de gens, mais aussi [we are] capable de réaliser notre vision ».

Le nouveau financement d’ApplyBoard et le statut de licorne surviennent alors que de nombreuses startups canadiennes de premier plan sont ébranlées par les effets de COVID-19.

« Une chose qui est importante pour nous est le fait que nous pourrons aider plus de gens et que nous aurons toutes les ressources nécessaires pour le faire », a ajouté le PDG. « A part cela, les évaluations ne sont qu’un chiffre, comme si vous étiez en bonne position, et nous sommes heureux d’être dans cette situation et de pouvoir aider plus de gens ».

La série C s’est notamment terminée fin mars, le partenaire de Drive Capital, Nick Solaro, ayant constaté des changements sociétaux massifs entre la signature de la feuille de route en février et la conclusion officielle de l’accord.

« Nous avons passé presque toute la période de contrôle en étant physiquement incapables d’aller visiter la société parce que nous sommes tous à l’abri sur place », a déclaré Solaro à BetaKit. « Le monde a donc beaucoup changé entre le moment où nous avons signé cette feuille de conditions et celui où nous avons conclu l’accord ».

ApplyBoard aide les étudiants étrangers à poser leur candidature pour des études postsecondaires en Amérique du Nord et au Royaume-Uni. Malgré les questions ouvertes dans le secteur de l’éducation sur les effets à long terme de COVID-19, et sur les étudiants internationaux en particulier, M. Solaro s’est dit convaincu que la thèse fondamentale de l’investissement de Drive est intacte.

« Avons-nous des questions sur le semestre d’automne 2020, oui, bien sûr, bien sûr que nous en avons. Mais il ne s’agit pas d’un échange ou d’un revirement rapide », a-t-il déclaré. M. Solaro a fait remarquer que M. Drive voit l’opportunité pour ApplyBoard de prendre la tête d’un marché de recrutement virtuel et mondial qui, selon lui, représente des centaines de milliards de dollars en frais de scolarité et des centaines de millions d’étudiants.

Les étudiants étrangers représentent environ 20 % de l’ensemble des étudiants au Canada et deviennent une source de revenus de plus en plus importante pour les universités. Cette dépendance a suscité des inquiétudes quant à une baisse des inscriptions en septembre, compte tenu de la pandémie mondiale actuelle.

Pour sa part, M. Basiri a déclaré à BetaKit qu’un rapport qu’il a vu indiquait que 90 % des étudiants étrangers ne prévoient pas d’apporter des changements à leurs études internationales.

Notant l’importance financière des étudiants internationaux pour les établissements d’enseignement supérieur, M. Basiri voit le secteur du recrutement se développer après le COVID. « De plus en plus d’universités veulent diversifier leur corps étudiant, de plus en plus d’universités vont se diversifier pour leurs besoins financiers », a-t-il déclaré.

Les mesures de distanciation sociale ont vu la plupart des établissements d’enseignement supérieur déplacer les étudiants hors de leurs résidences, ce qui a créé des difficultés pour les étudiants étrangers qui doivent soit trouver de nouveaux lieux de séjour sur place, soit rentrer chez eux. Les universités ont également été confrontées à des difficultés pour se déplacer en ligne, M. Basiri faisant remarquer qu’ApplyBoard a reçu des milliers de demandes de renseignements de la part des étudiants et des établissements.

ApplyBoard a récemment travaillé avec des organismes gouvernementaux et universitaires pour s’assurer que les étudiants étrangers ne soient pas laissés pour compte dans les mesures d’urgence. Si le gouvernement canadien avait été critiqué au départ pour avoir laissé les étudiants étrangers en dehors des mesures, il a ensuite supprimé les restrictions, permettant aux étudiants étrangers de travailler 20 heures par semaine pendant les cours.

« A long terme, je pense [this crisis] serait très positif pour notre industrie », a déclaré M. Basiri. « Parce que maintenant que les universités peuvent aussi faire en ligne, à l’avenir cela leur donne une énorme flexibilité pour offrir des programmes à la fois hors ligne et en ligne ou de manière hybride. Je pense que c’est très positif pour notre industrie ».

ApplyBoard prévoit d’utiliser son nouveau capital pour « investir massivement » dans sa technologie, dans le but de servir plus de clients. La start-up a récemment été lancée au Royaume-Uni, annonçant le déménagement le 30 mars. M. Basiri a déclaré à BetaKit qu’ApplyBoard cherchait à utiliser une partie des 100 millions de dollars pour renforcer sa position dans cette région.

Cette décision intervient peu après que l’entreprise ait vu Jo Johnson, le frère de l’actuel premier ministre britannique Boris Johnson, rejoindre son conseil consultatif en tant que président. Ancien membre du Parlement lui-même, Jo a été ministre d’État chargé des universités, des sciences, de la recherche et de l’innovation.

ApplyBoard prévoit également d’agrandir son équipe. La startup s’est rapidement développée, faisant passer son équipe de 180 en mai 2019 à environ 400 employés aujourd’hui. L’entreprise est présente dans 20 pays, et environ 300 de ces employés travaillent dans les bureaux de la startup à Kitchener-Waterloo.

Avec ce dernier cycle de financement, ApplyBoard prévoit de recruter au moins 100 employés supplémentaires. Basri a noté que la majorité de ces postes sont actuellement ouverts.

« Toute l’entreprise a commencé à cause de [mine and my brother’s] expérience personnelle », a déclaré le PDG. « Nous sommes vraiment heureux de pouvoir aider de plus en plus de gens à recevoir une bonne éducation… notre campagne vise à construire un meilleur avenir pour les gens et je suis si heureux que dans notre vie nous puissions avoir un renforcement positif sur ce point ».

M. Basiri a souligné que l’objectif d’ApplyBoard est de rendre l’éducation accessible aux étudiants du monde entier et estime qu’il est bien placé pour aider le secteur du recrutement international pendant COVID-19.

Image avec l’aimable autorisation de ApplyBoard



Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Articles Similaires