Alignvest Management Corporation, entretien avec l’associé directeur et fondateur Reza Satchu

0
44


Reza Satchu
Reza Satchu

L’entrepreneur et investisseur en série Reza Satchu a cofondé, construit et géré plusieurs entreprises opérationnelles depuis sa création. Aujourd’hui, il est associé directeur et fondateur d’Alignvest Management Corporation, une société d’investissement privée de premier plan basée à Toronto.

Reza est également le président fondateur de NEXT Canada, dont la mission est d’accroître la prospérité canadienne et d’accélérer la trajectoire des entrepreneurs les plus prometteurs du Canada. En tant qu’éducateur, Reza est maître de conférences à la Harvard Business School, où il enseigne Lancer des entreprises technologiques et le gestionnaire entrepreneurial.

Nous avons récemment discuté avec Reza Satchu de l’état du capital de risque au Canada et de son expérience dans le secteur de l’investissement.

FinSMEs: Salut Reza, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur vous? Quelles sont tes origines?

Reza Satchu: Bien sûr, je suis né en Afrique, au Kenya, et j’ai immigré au Canada à l’âge de 7 ans. J’ai grandi au Canada, mais j’ai passé plus d’une décennie à travailler aux États-Unis et pendant un certain temps, je partageais mon temps entre le Canada et les États-Unis. Ma carrière professionnelle comporte deux axes principaux. L’un concerne l’entrepreneuriat, où j’ai eu la chance de faire partie des équipes fondatrices de quatre grandes entreprises. Ces entreprises ont commencé comme des idées et nous les avons construites à grande échelle. Cela m’a apporté énormément de plaisir.

La deuxième partie de ma carrière est centrée sur l’enseignement de la prochaine génération d’entrepreneurs. J’ai créé une organisation appelée NEXT Canada, qui fournit des capitaux, de l’éducation et du mentorat aux jeunes entrepreneurs les plus prometteurs du Canada. Nous attirons de jeunes entrepreneurs du monde entier. Nous passons neuf mois intenses avec eux et ils reçoivent jusqu’à 50 000 $ en capital. Nous faisons appel à des professeurs de Harvard et d’une équipe de l’Université de Toronto, ainsi que d’autres institutions universitaires de premier plan, et nous fournissons le mentorat de nombreux entrepreneurs de premier plan pour vraiment aider à accélérer leur trajectoire. J’ai également rejoint récemment la faculté de la Harvard Business School, où j’enseigne quelques cours d’entrepreneuriat.

FinSME: Vous dites que la chose la plus importante que nous puissions faire pour créer des structures pour aider les entrepreneurs canadiens est de créer une communauté de capital de risque plus solide. Comment démarrer ce processus?

Reza Satchu: En fin de compte, ce que nous voulons le plus faire du point de vue national du Canada, c’est de bâtir et de faire croître des entreprises valables et durables basées ici au Canada. En fin de compte, je pense que cela offrira de formidables possibilités d’emploi et une plus grande prospérité à tous les Canadiens. Je pense que nous pouvons attirer d’énormes talents ici, surtout compte tenu de ce qui se passe avec le resserrement des politiques d’immigration dans d’autres pays.

Je pense que, fondamentalement, un obstacle majeur au Canada est que nous manquons d’une solide communauté de capital de risque. Nous avons parcouru un long chemin au cours des dix dernières années pour créer une communauté d’investisseurs providentiels et d’amorçage plus large, afin que les gens puissent réellement démarrer des entreprises et éventuellement obtenir leur première ronde de financement. Ce que nous n’avons pas, ce sont les principaux investisseurs en capital de risque les plus sophistiqués ici à Toronto et au Canada. Cela signifie que les entreprises sont soit vendues trop tôt, soit déménagées aux États-Unis. Ce n’est pas seulement que nous avons besoin de plus grandes sources de capital-risque, ce dont nous avons besoin, ce sont des gens plus sophistiqués qui sont excellents dans ce secteur, des gens qui savent ce qu’il faut pour aider un entrepreneur à bâtir un milliard de dollars plus d’affaires.

Avoir des gens comme ça pour aider les jeunes entrepreneurs augmente la valeur de tout l’écosystème. Par exemple, Israël a créé un programme entrepreneurial qui est brillant. Ce qu’ils ont fait, c’est mettre en place un ensemble puissant d’incitations économiques pour amener les meilleurs capital-risqueurs du monde à s’installer en Israël. Cela signifie que tous les jeunes entrepreneurs israéliens en herbe ont désormais un endroit pour lever des capitaux auprès de – et auprès de certains des investisseurs en capital-risque les plus prospères, ce qui augmente considérablement la probabilité de leur succès.

Nous devons créer plus d’entreprises comme Shopify. Pour ce faire, nous devons apporter des changements importants pour attirer les investissements en capital de risque au Canada. Si nous pouvons faire cela, les gens commenceront à considérer le Canada comme un endroit où les entrepreneurs peuvent créer des entreprises importantes et cela encouragera les gens à passer du temps réel ici.

FinSME: Avant le COVID-19, les perspectives du marché canadien du capital de risque étaient solides. Pensez-vous que cela a changé?

Reza Satchu: Je pense que la question est de savoir comment le marché du risque a réagi à cette nouvelle réalité. Il ne fait aucun doute que COVID-19 a rendu les choses plus difficiles. Je pense que COVID-19 a généralement augmenté la barre pour lever des capitaux, car les gens recherchent plus de certitude et de stabilité. L’incertitude n’est pas une bonne chose quand on est entrepreneur, surtout en termes de mobilisation de capitaux. Je pense donc que la barre est plus haute, mais je pense aussi que la pandémie crée de nombreuses opportunités. Le comportement des clients changera fondamentalement à cause de cette expérience. La question est de savoir si vous pouvez trouver des idées qui fonctionnent pour ce nouvel environnement.

Je pense qu’en fin de compte, si vous croyez en vos produits et si vous avez une forte proposition de valeur, vous devrez probablement frapper à quelques portes de plus pour obtenir un financement.

FinSMEs: Nous vivons l’une des périodes les plus tumultueuses économiquement de l’histoire, et les startups et les petites entreprises doivent tout faire pour limiter les pertes. Que conseillez-vous aux entrepreneurs lorsqu’ils naviguent dans COVID-19?

Reza Satchu: Ce qui a changé, c’est qu’il y a des incertitudes plus grandes et que les entreprises ont plus de personnes incertaines qui gèrent le capital. Je ne serais pas surpris qu’il y ait moins de financement de capital-risque au Canada que l’an dernier. L’idée de faire venir les meilleurs capital-risqueurs au Canada prendra plus de temps, mais je pense que la mission générale est que davantage de Canadiens se concentrent sur l’entrepreneuriat. Faire cela maintenant résoudra très probablement ce problème, car si nous pouvons créer quelques entreprises qui ressemblent et se sentent comme Shopify, les gens du monde entier devront prendre note de ce qui se passe.

FinSMEs: NEXT Canada considère l’entrepreneuriat comme un mode de vie, pas seulement comme une entreprise. La mission du programme est d’accroître la prospérité du Canada en

augmenter la trajectoire des entrepreneurs les plus prometteurs du Canada. Qu’est-ce qui vous a inspiré pour créer ce programme?

Reza Satchu: Je pense que l’événement le plus important pour ma famille a été notre déménagement au Canada. Beaucoup ne savent pas que le Canada a accueilli plus de 25 000 immigrants indiens d’Ouganda et du Kenya dans les années 1970. Mes parents et moi avons eu la chance d’avoir été sélectionnés pour venir au Canada. Cet événement a complètement changé la trajectoire pour mon frère et moi. Nous avons tous les deux commencé la vie au Canada avec peu; cependant, mon frère et moi nous sommes retrouvés à Harvard et avons ensuite bâti des entreprises raisonnablement importantes.

Pour moi, j’ai toujours été très conscient que les possibilités que j’ai eues ont tout à voir avec cette décision très heureuse d’être autorisée à venir au Canada. J’ai toujours voulu me mettre dans une position où je peux redonner à ce pays qui m’a tant aidé. C’est pourquoi j’ai un réel désir de redonner au Canada.

La question est: pourquoi NEXT Canada? Et pourquoi l’entrepreneuriat? Je pense vraiment que notre économie doit être axée sur l’entrepreneuriat. Avec une petite population, nous devons déterminer comment nous allons tirer notre poids. Cela doit être en pensant de manière créative, innovante et en proposant de nouveaux produits et services que le monde souhaite. Je suis convaincu que nous pouvons inspirer plus d’entrepreneurs canadiens jeunes, talentueux et prometteurs. Au fil du temps, ils créeront des entreprises bénéfiques pour le pays dans son ensemble et, espérons-le, pertinentes à l’échelle mondiale. NEXT Canada cherche à enseigner l’entrepreneuriat comme mode de vie et j’espère jouer un rôle en aidant la prochaine génération d’entrepreneurs.

Nous définissons l’entrepreneuriat comme la poursuite incessante d’opportunités sans égard aux ressources actuellement contrôlées. La seconde moitié de cette définition est d’une importance cruciale, c’est-à-dire, comment faire pour que l’entrepreneuriat se développe lorsque vous n’avez pas les ressources? Comment faire en sorte que quelque chose se produise si vous n’avez pas le capital, les informations ou les relations? Nous aidons à exposer nos étudiants à exactement cet environnement.

tout savoir sur la crypto